Mexique: baptême collectif de milliers d’adeptes d’un leader incarcéré (photos)

Des milliers de personnes participaient au Mexique jusqu’à ce mercredi à la cérémonie annuelle de baptême d’une église dont le leader, Naason Joaquin Garcia, se trouve emprisonné aux Etats-Unis.

Naason Joaquin Garcia, le chef de l’église La Lumière du Monde, a été arrêté le 3 juin à l’aéroport de Los Angeles. Celui que ses fidèles considèrent comme le dernier apôtre du Christ est accusé de 26 délits, notamment d’abus sexuel sur mineurs et de pornographie infantile.

Selon l’enquête du bureau du procureur de Californie, Garcia, 50 ans, obligeait des filles mineures à pratiquer des actes sexuels et les menaçait en leur disant qu’aller contre les désirs de «l’apôtre» revenait à s’opposer à Dieu.

Depuis sa cellule, il a envoyé une lettre à ses fidèles, lue au début de l’événement à Guadalajara. «Le plan de Dieu est parfait, même s’il n’est parfois pas agréable», dit-il dans le texte, ajoutant qu’il avait pour tâche de «prêcher la parole» parmi ses codétenus russes, et ainsi faire de nouveaux adeptes en Russie, en Ukraine et en Croatie.

«Je suis sûr à 100% qu’il est innocent, honorable, que Dieu a fait de son coeur une oeuvre précieuse», a déclaré à l’AFP Andrés Riquelme, un Panaméen de 48 ans qui s’est rendu au Mexique pour participer aux célébrations.

La cérémonie de baptême a débuté à Guadalajara (ouest) lundi avec 2.300 personnes qui ont adhéré au culte pentecôtiste créé dans cette ville en 1926 par le père du leader actuel. D’autres milliers de baptêmes ont suivi, et ce rassemblement dit de la «sainte convocation» doit culminer ce mercredi avec la «sainte cène».

Les cérémonies dans la rue sont marquées par d’innombrables scènes de grande ferveur religieuse, avec des personnes priant, criant et pleurant, le visage déformé par la dévotion. Dans la principale église du culte, deux piscines métalliques reçoivent les cohortes de candidats aux baptême, qui s’y plongent tout habillés.

Depuis lundi, quelque 160 personnes préparent les 28.000 litres de vin et le pain sans levure pour la «sainte cène».

Des centaines de milliers de personnes participent à l’événement, venus de tout le Mexique et de l’étranger (de 58 pays selon les organisateurs).

Ce culte revendique deux millions d’adeptes au Mexique et trois autres millions à l’étranger.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite