Cyclisme: Sunweb officialise l’arrivée du Belge Tiesj Benoot

©Photonews
©Photonews

Comme nous vous l’annoncions il y a plus d’un mois, Tiesj Benoot va quitter Lotto Soudal à l’issue de cette saison pour rejoindre Sunweb. L’information a été officialisée ce mercredi par la formation allemande, avec laquelle le coureur belge s’est lié jusqu’en 2021.

Depuis ses débuts chez les professionnels en 2015, Benoot n’a porté que le maillot de Lotto Soudal. Il a signé son premier succès en 2018 en remportant les Strade Bianche.

Cette saison, le Gantois, 4e de Tirreno-Ariatico l’an dernier, a terminé 4e du Tour de Suisse, 5e des Strade Bianche, 5e d’A travers la Flandre et 9e du Tour des Flandres. Il a aussi pris part à son troisième Tour de France, qu’il a terminé en 59e position. Il s’est notamment classé 2e de la 9e étape à Brioude, battu par le Sud-Africain Daryl Impey, et 4e de la 12e étape à Bagnères-de-Bigorre, dans les Pyrénées.

« Je cherchais une équipe ayant une approche professionnelle et scientifique où je pourrai franchir un palier dans ma carrière. C’est pourquoi j’ai choisi Sunweb », déclare Tiesj Benoot sur le site de sa future équipe. « Je me réjouis de rejoindre le solide groupe des spécialistes des classiques de l’équipe. Je pense pouvoir signer de beaux résultats dans les années qui viennent. Ma principale ambition est de continuer à grandir comme coureur et de traduire cela par des résultats avec l’équipe ».

« Nous suivons Tiesj depuis un moment », avance Marc Reef, directeur sportif de Sunweb. « Dès ses débuts professionnels, il a prouvé que c’était un coureur toujours présent dans les finales des classiques flamandes. Il a déjà été à deux doigts d’en gagner une. Il a aussi montré sa polyvalence dans des courses comme Tirreno Adriatico, le Critérium du Dauphiné et le Tour de Suisse, prouvant qu’il est très fort. En plus d’apporter sa puissance dans notre équipe de classiques aux côtés de garçons comme Michael Matthews et Soren Kragh Andersen, nous allons essayer d’accrocher des résultats dans les courses à étapes plus difficiles ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10806513-006

    Par Eric Clovio

    Route

    Cyclisme: Lotto, le dernier challenge de Philippe Gilbert

  • Le Norvégien Odd Eiking.

    Par Eric Clovio, envoyé spécial en Norvège

    Route

    Arctic Race of Norway: Eiking offre… 500 kg de saumon à Wanty

  • BBT-010428.JPG

    Par E.C.

    Route

    Vainqueur du BinckBank Tour, Laurens De Plus prend son envol

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite