Deux ans de prison pour un homme qui a gravé ses initiales sur la fesse de son ex

Deux ans de prison pour un homme qui a gravé ses initiales sur la fesse de son ex
Belga

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné mercredi un homme de 32 ans originaire de Hal à deux ans de prison. T. A. a été reconnu coupable d’avoir maltraité son ex-compagne, notamment en gravant ses initiales sur ses fesses.

Le premier incident est survenu en juin 2018, lorsque T. A. a détruit la porte d’entrée de son ancienne petite amie et retiré la sonnette du mur de l’habitation. Deux mois plus tard, lors d’une dispute, il s’en est pris directement à sa victime, la frappant, l’attrapant à la gorge et la menaçant de lui «faire quelque chose».

Le trentenaire avait alors été interpellé puis libéré sous conditions. L’une de ces conditions était de laisser son ex-compagne tranquille mais, le 1er décembre 2018, il a passé la journée avec elle. En soirée, il s’est une nouvelle fois montré violent. Il s’est servi d’un verre brisé pour infliger à la jeune femme quatre coupures profondes. L’une des blessures se trouvait sur sa fesse, où il avait «gravé» les initiales de son prénom.

T.A. a affirmé ne pas se souvenir de cette soirée et, selon son avocat, il n’est pas prouvé qu’il soit l’auteur des coupures. «Il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’automutilation», a soutenu celui-ci.

Le tribunal n’a pas suivi la défense et a condamné le prévenu à deux ans de prison.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite