Coalition flamande: le formateur Jan Jambon met en place une quinzaine de groupes de travail

Coalition flamande: le formateur Jan Jambon met en place une quinzaine de groupes de travail
Photo News

Le travail technique en vue de former le prochain gouvernement flamand a véritablement commencé mercredi, après une brève réunion mardi. Le formateur Jan Jambon (N-VA) a mis en place une quinzaine de groupes de travail qui se réuniront à partir de lundi pour rédiger les différents chapitres de l’accord de gouvernement. Un groupe central, auquel participeront les présidents des trois partis N-VA, CD&V et Open Vld, assurera la coordination des négociations.

Les trois partis appelés à former la future coalition ont appelé «beaucoup de monde» pour constituer les différents groupes de travail. Des profils politiques mais aussi techniques seront autour de la table, affirme le porte-parole de Jan Jambon. «Nous avons besoin d’une très bonne méthodologie pour travailler le plus efficacement possible. Celle-ci sera «bottom-up» (du bas vers le haut). Les résultats des discussions dans les groupes de travail remonteront ensuite vers le groupe central», assure-t-il.

Les discussions autour du budget ont déjà commencé mercredi. «Nous devons d’abord connaître le cadre budgétaire afin de préparer au mieux le travail dans les groupes», ajoute le porte-parole.

Coalition flamande: «Toutes les délégations sont motivées pour former une équipe cohérente», déclare Jan Jambon

Ces derniers jours, plusieurs membres de la N-VA ont affirmé qu’il était possible de conclure un accord d’ici deux à trois semaines. Jan Jambon a tenu à nuancer et a affirmé ne pas vouloir travailler «à la hâte». Le porte-parole précise que l’accord de gouvernement doit faire l’objet d’un débat approfondi. «Plus la discussion est bonne, plus les chances de connaître des problèmes d’interprétation s’amenuisent.»

La date limite formelle pour la formation du gouvernement flamand est le lundi 23 septembre, jour où le ministre-président prononce son traditionnel discours de septembre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite