L’ex-entraîneur globe-trotter René Taelman est décédé à l’âge de 74 ans

©Photonews
©Photonews

La famille de l’ancien journaliste sportif et entraîneur de football René Taelman a annoncé son décès survenu à l’âge de 74 ans, dans la nuit de mardi à mercredi. Victime d’un cancer du poumon il y a une dizaine d’années, il a ensuite vu sa santé se dégrader de plus en plus en raison de multiples problèmes cardiaques. Taelman qui avait espéré terminer sa carrière au Chili, aura réussi les trois quarts de son rêve en exerçant le métier d’entraîneur sur trois des quatre grands continents de la planète foot.

En Belgique, l’ex-journaliste du quotidien « Les Sports », qui avait débuté comme adjoint de Georges Heylens à Seraing, a ensuite entraîné l’Eendracht Alost (1980-1981), Seraing (1981-1984), le Cercle de Bruges (1985) et le Racing de Tournai (1988-1990).

Entraîneur dans douze pays

Mais c’est surtout à l’étranger et dans pas moins de douze pays, comme entraîneur de club ou sélectionneur national, que Taelman a effectué l’essentiel de sa carrière, de 1985 à 2010.

On citera ainsi le FC Kalamu (1984-1985), au Zaïre (RDC) ; l’Olympic Casablanca (1990-1992), vainqueur de la Coupe arabe des vainqueurs de coupes, au Maroc ; Africa Sports (1994), en Côte d’Ivoire ; le FC Sion (1994), en Suisse ; Al Arabi (1995-1996), au Koweït ; West Riffa (1997), au Bahrein ; CIK Kamsar (1998-1999), en Guinée ; le Burkina Faso (1999-2000) ; Ittihad d’Alexandrie (2000-2001), en Égypte ; le Bénin (2001-2003) ; l’Olympique de Zawiya (2003-2005), Al Tahadi (2006) et le FC Akdar (2007-2010), l’équipe du fils du Président Kadhafi, en Lybie ; et la JS Kabylie (2005), en Algérie.

René Taelman a en outre publié une dizaine de livres, dont « L’Entraînement du gardien de but » avec Michel Preud’Homme sur les illustrations, « Les 100 plus grands sportifs de tous les temps, de Jesse Owens à Lionel Messi », et ses mémoires, « Les aventures exotiques d’un entraîneur de foot ».

Il avait trois enfants, Vincent, Frédéric et Luna.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite