Coalition flamande: la date limite pour la formation du gouvernement est fixée au 23 septembre

Le formateur Jan Jambon (N-VA) a mis en place une quinzaine de groupes de travail
Le formateur Jan Jambon (N-VA) a mis en place une quinzaine de groupes de travail - BELGA

Le travail technique en vue de former le prochain gouvernement flamand a véritablement commencé ce mercredi, après une brève réunion mardi. La date limite formelle pour la formation du gouvernement est fixée au lundi 23 septembre, jour où le ministre-président prononce son traditionnel discours de septembre.

Ce mercredi, le formateur Jan Jambon (N-VA) a mis en place une quinzaine de groupes de travail qui se réuniront à partir de lundi pour rédiger les différents chapitres de l’accord de gouvernement. Un groupe central, auquel participeront les présidents des trois partis N-VA, CD&V et Open VLD, assurera la coordination des négociations.

Les trois partis appelés à former la future coalition ont appelé « beaucoup de monde » pour constituer les différents groupes de travail. Des profils politiques mais aussi techniques seront autour de la table, affirme le porte-parole de Jan Jambon. « Nous avons besoin d’une très bonne méthodologie pour travailler le plus efficacement possible. Celle-ci sera « bottom-up » (du bas vers le haut). Les résultats des discussions dans les groupes de travail remonteront ensuite vers le groupe central », assure-t-il. Les discussions autour du budget ont déjà commencé mercredi. « Nous devons d’abord connaître le cadre budgétaire afin de préparer au mieux le travail dans les groupes », ajoute le porte-parole.

> Une coalition suédoise sur les rails en Flandre : Di Rupo exprime son inquiétude pour le gouvernement fédéral

Ces derniers jours, plusieurs membres de la N-VA ont affirmé qu’il était possible de conclure un accord d’ici deux à trois semaines. Jan Jambon a tenu à nuancer et a affirmé ne pas vouloir travailler « à la hâte ». Le porte-parole précise que l’accord de gouvernement doit faire l’objet d’un débat approfondi. « Plus la discussion est bonne, plus les chances de connaître des problèmes d’interprétation s’amenuisent. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Avec la politique de rémunération fixée par le gouvernement Di Rupo qui plafonne les revenus des dirigeants d’entreprise publique, il ne sera pas aisé de trouver un remplacant à Koen Van Gerven.

    bpost devra poursuivre sa mue avec un nouveau CEO

  3. HUNGARY-GERMANY-AUSTRIA-PAN-EUROPEAN-PICNIC-IRON-CURTAIN

    Il y a 30 ans, le «Rideau de fer» se levait

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite