Les collègues des deux pompiers décédés à Beringen viennent en aide à leurs familles

Les collègues des deux pompiers décédés à Beringen viennent en aide à leurs familles

Les pompiers d’Heusden-Zolder qui assureront la permanence de garde ce samedi verseront leur prime aux familles de leurs deux collègues décédés dimanche dernier à Beringen, dans le Limbourg. Le soutien financier aux familles des pompiers disparus en intervention doit être revu, estime le commandant de la zone Limbourg-Nord, Jan Jorissen.

>Décès de deux pompiers à Beringen: une intervention humaine pourrait être à l’origine de l’incendie

En cas de décès d’un pompier, les proches reçoivent une allocation basée sur son salaire. Ce qui peut ne pas suffire par la suite, par exemple lorsqu’un enfant entame des études, souligne le commandant Jorissen, qui déplore un traitement désavantageux par rapport aux travailleurs du privé, notamment.

«La société devrait faire preuve de davantage de solidarité avec les familles des pompiers qui risquent leur vie pour elle. Nous formons une grande famille, mais le fond de solidarité que nous mettons nous-mêmes en place ne suffit pas. Nous avons déjà plaidé pour une réforme de l’allocation versée en cas de décès, mais nous n’avons toujours rien obtenu.»

>Décès de deux pompiers à Beringen: des pompiers souhaitent un comité de contrôle

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite