Affaire Epstein: une victime présumée attaque en justice les héritiers du miliardaire et ses possibles complices

Affaire Epstein: une victime présumée attaque en justice les héritiers du miliardaire et ses possibles complices

Quatre jours après la mort en prison du financier Jeffrey Epstein à New York, une victime de ses agressions sexuelles présumées a intenté une action en justice contre ses héritiers et complices présumés, tandis qu’il apparaissait que les gardiens chargés de le surveiller s’étaient endormis.

>Décès de Jeffrey Epstein: le directeur de la prison muté, deux employés suspendus

Jennifer Araoz, 32 ans aujourd’hui, qui affirme que M. Epstein l’a sexuellement agressée plusieurs fois lorsqu’elle avait 14 et 15 ans, a réclamé réparation à ses héritiers devant la Cour suprême de l’Etat de New York, ainsi qu’à son amie et complice présumée, Ghislaine Maxwell, et trois autres femmes dont l’identité n’a pas été révélée.

Mme Araoz est l’une des premières victimes connues de Jeffrey Epstein à déposer une plainte dans le cadre d’une loi new-yorkaise entrant en vigueur ce mercredi: adoptée après les scandales de pédophilie à répétition dans l’Eglise, elle donne un an aux victimes présumées de crimes sexuels pour porter plainte au civil, quelle que soit l’ancienneté des agressions subies.

«Epstein a été trouvé mort, apparemment d’un suicide, dans sa cellule la semaine dernière. Le fait qu’il n’aura pas à me répondre personnellement devant les tribunaux me met en colère, mais ma quête de justice ne fait que commencer», a écrit Mme Araoz dans un éditorial publié par le New York Times.

Elle a expliqué comment elle s’était fait prendre au «piège» de Jeffrey Epstein, décrivant un modus operandi similaire à celui utilisé contre d’autres victimes du riche et charismatique financier.

Il avait été inculpé début juillet pour de multiples agressions sexuelles sur mineures, qui se seraient déroulées dans ses résidences de Manhattan et de Floride.

Un viol présumé en 2002

Une des «rabatteuses» du financier aurait approché Mme Araoz sur le trottoir devant son lycée new-yorkais. Elle lui aurait parlé d’un homme riche qui pourrait l’aider à lancer la carrière d’actrice dont elle rêvait.

Les premières visites dans la luxueuse demeure du financier à Manhattan, truffée de caméras, se déroulèrent sans incident, selon Jennifer Araoz: pendant une heure ou deux, Jeffrey Epstein lui parlait, et elle recevait 300 dollars en cash après chaque entrevue.

Mais après moins d’un mois, M. Epstein lui aurait demandé de le masser et d’enlever son haut, prétextant qu’il devait voir son corps pour l’aider à trouver du travail comme mannequin.

Les agressions se sont ensuite aggravées: il exigeait de la toucher pour se masturber. Au bout d’un an, en 2002, il la viola, rapporte-t-elle. Elle mit fin à ses visites, changea d’école pour s’éloigner de son quartier, et mit des années avant de pouvoir en parler à ses proches.

«Faire face au réseau de pouvoir et de richesse qui entourait Epstein est effrayant, mais je n’ai plus peur (...) La loi est avec moi, on va me voir, on va m’entendre, je demanderai justice».

Plusieurs victimes présumées prêtes à mener une action en justice

D’autres victimes présumées se prépareraient à intenter des actions contre les héritiers du milliardaire américain - sa seule famille connue est son frère Mark.

Depuis la mort de Jeffrey Epstein, qui s’est apparemment pendu dans sa cellule dans la nuit de vendredi à samedi à la prison fédérale de Manhattan, le ministre américain de la Justice a promis de traquer les éventuels complices du financier.

La Britannique Ghislaine Maxwell, fille du défunt magnat des médias britanniques Robert Maxwell, qui fut très proche de Jeffrey Epstein pendant des années, est le suspect numéro un.

Invisible depuis des mois, le tabloïde britannique The Daily Mail affirmait mercredi avoir retrouvé sa trace à Manchester-by-the-Sea, dans l’Etat du Massachusetts, où elle vivrait en toute discrétion avec un compagnon.

En attendant d’éventuelles nouvelles inculpations, des responsables pénitentiaires ont indiqué au New York Times que les gardiens de prison chargés de veiller sur Jeffrey Epstein avaient dormi environ trois heures dans la nuit de vendredi à samedi, alors qu’ils étaient censés effectuer des rondes toutes les demi-heures.

Ils auraient falsifié un registre en affirmant avoir fait ces rondes.

Ces informations n’ont pas été confirmées officiellement. Mais le ministère de la Justice a annoncé mardi la mutation temporaire du directeur de la prison, réputée l’une des plus sûres du pays, et la suspension des deux gardes.

>Trump, Clinton et le Prince Andrew… Jeffrey Epstein avait de nombreux liens avec les Etats-Unis et l’Europe

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

  3. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite