Supercoupe d’Europe: Liverpool bat Chelsea après une séance de tirs au but à suspense (vidéos)

1-1 après 90 minutes, 2-2 après la prolongation… La séance de tirs au but a été nécessaire pour départager Chelsea et Liverpool. Et à ce petit jeu, ce sont les Reds qui ont été les plus précis. Ils remportent donc la Supercoupe d’Europe.

Le résumé du match

Liverpool a décroché la Supercoupe d’Europe de football pour la quatrième fois de son histoire après 1977, 2001 et 2005 mercredi soir à Istanbul en émergeant d’un duel 100 % anglais – une première dans la compétition – face à Chelsea. Après 120 minutes pleines de rebondissements, les Reds se sont imposés aux tirs au but à la suite de l’erreur décisive de Tammy Abraham. Les Anglais stoppent ainsi l’hégémonie des clubs espagnols qui avaient ramené le trophée sur leurs terres lors des cinq éditions précédentes. Divock Origi est monté au jeu à la 103e minute et a transformé son tir au but en faveur des Reds. Michy Batshuayi est lui resté sur le banc des Blues.

Les Reds, favoris, se sont montrés moins dangereux qu’attendu en première période avec deux seules alertes signées Salah (22e) et Van Dijk (29e). Chelsea a lui opté pour une entame de match prudente et compréhensible après le revers 4-0 subi face à Manchester United, en Premier League, dimanche. Les Blues ont néanmoins trouvé le courage d’avancer dans cette rencontre très ouverte et arbitrée ’à l’anglaise’ par Stéphanie Frappart, première dame à diriger une rencontre masculine majeure.

La frappe sur la barre de Pedro (22e) a poussé les Londoniens à aller de l’avant. C’est ainsi qu’à la 36e, Olivier Giroud a eu l’opportunité de faire 0-1. Le Français n’a pas gâché cette chance quelques minutes avant un but refusé à son équipier Pulisic (40e).

Logiquement insatisfait, Jürgen Klopp a opéré un changement à la pause en insérant Firmino à la place d’Oxlade-Chamberlain. Un changement immédiatement payant puisque c’est le Brésilien qui a offert le ballon du 1-1 à Sadio Mané en anticipant la sortie de Kepa à la 48e minute.

Plus pressant, Liverpool a véritablement pris le match en main. Le portier des Blues Kepa s’est alors montré décisif pour garder les siens dans le match. On retiendra notamment un double arrêt spectaculaire sur une tentative de Salah suivie d’un tir à bout portant de Van Dijk (75e).

Les Londoniens ont pris quelques bouffées d’air en déployant plusieurs contres intéressants mais n’ont récolté qu’un but annulé, sur hors jeu, de Mason Mount (83e).

La prolongation s’est donc invitée au programme pour la quatrième fois en cinq ans. Et comme durant les 90 premières minutes, les occasions ont fusé de toute part. Liverpool a trouvé la voie du but une seconde fois via Sadio Mané (48e) mais Jorginho s’est empressé de lui répondre sur penalty (101e).

Malgré deux grosses opportunités pour Chelsea, les tirs au but se sont révélés inévitables pour départager les deux équipes.

Alors qu’il avait paru incertain jusque-là, le nouveau gardien des Reds Adrian – qui remplaçait le blessé Alisson – a pris le devant de la scène en arrêtant le cinquième tir au but des Blues, mal délivré par Abraham, et ainsi offrir la victoire à son équipe.

Les vidéos des buts

Revivez le direct commenté

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite