Les pilotes irlandais de Ryanair en grève les 22 et 23 août

Les pilotes irlandais de Ryanair en grève les 22 et 23 août

Les pilotes irlandais de la compagnie aérienne à bas coûts Ryanair, mécontents de leurs conditions salariales, feront grève pendant deux jours la semaine prochaine, a annoncé leur syndicat, Forsa.

>Les syndicats de Ryanair menacent d’entrer en grève pour dix jours en Espagne

Les pilotes employés directement par la compagnie seront en grève pour 48 heures à partir du jeudi 22 août à 00H01, ce qui coïncidera avec un mouvement social dejà prévu par les pilotes britanniques de Ryanair.

Selon un porte-parole du syndicat irlandais Forsa, les représentants des pilotes ont présenté des revendications détaillées en mars, réclamant des niveaux de salaire «pratiqués couramment dans le secteur de l’aviation commerciale», ainsi que portant sur les retraites et les conditions de travail mais les négociations avec la direction ont échoué.

Salaires, retraites, congés maternité...

Ryanair a «enregistré un bénéfice important d’un milliard d’euros l’an dernier», a fait valoir la secrétaire nationale de Forsa Angela Kirk.

La semaine dernière, des pilotes britanniques de Ryanair, membres du syndicat Balpa, se sont prononcés en faveur d’arrêts de travail les 22 et 23 août, ainsi que du 2 au 4 septembre.

Les revendications portent notamment sur les salaires, les retraites et les prestations de maternité.

Ryanair avait dû faire face à un vent de contestation et des mouvements de grève fin 2017 et en 2018 en Europe, concernant les conditions de travail.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite