Des microplastiques jusque dans les neiges de l’Arctique

Le problème de la pollution au plastique ne se limite pas aux océans. Des microplastiques transportés par voie aérienne se retrouvent jusque dans la neige des Alpes et de l’Arctique, rapportent des chercheurs allemands et suisses dans la revue Science Advances.

Les mécanismes de transport de ces microplastiques par la neige sont encore peu étudiés, écrivent ces scientifiques de l’Institut Alfred-Wegener pour la recherche polaire et marine (AWI) à Bremerhaven (D) et de l’Institut WSL pour l’étude de la neige et des avalanches (SLF) à Davos (GR).

On sait toutefois que les pollens provenant de latitudes moyennes, par exemple, suivent des voies similaires et peuvent également se retrouver dans l’Arctique, a indiqué l’AWI dans un communiqué. Du sable du Sahara parvient aussi jusqu’au nord-est de l’Atlantique après un périple de 3.500 kilomètres dans l’atmosphère.

Or les microplastiques ont une taille similaire. Dans l’Arctique, à l’est du Groenland, la valeur maximale mesurée était de 14.400 particules par litre, à Davos, 2.700 particules. A titre de comparaison, au bord d’une route de campagne en Bavière (D), les scientifiques ont trouvé 154.000 particules par litre dans la neige.

Concrètement, les chercheurs ont fait fondre la neige et passé l’eau au travers d’un filtre avant d’analyser les résidus au microscope infrarouge. Le procédé a été automatisé et standardisé afin d’éliminer d’éventuelles erreurs liées à des mesures manuelles.

Selon les régions, il s’agit de types de plastique différents et de caoutchouc provenant de pneus de véhicules ou d’autres sources. Dans l’Arctique et dans les Alpes, on trouve en particulier des caoutchoucs nitriles très résistants utilisés comme joints, gainages de câbles ou tuyaux, de même que des acrylates et des particules de peinture industrielle.

Dans l’Arctique, de tels résidus ont été trouvés sur l’île du Spitzberg, mais aussi dans la neige présente sur des icebergs. Les valeurs mesurées sont nettement plus élevées que celles d’études précédentes, menées par exemple sur les dépôts de poussières.

Cela pourrait être dû à la finesse des analyses par spectroscopie infrarouge, qui a permis aux chercheurs d’identifier des particules jusqu’à 11 micromètres (0,011 millimètre), soit moins que le diamètre d’un cheveu humain.

Il semble aussi que la neige soit particulièrement efficace pour accumuler le microplastique atmosphérique, estime Gunnar Gerdts, chercheur à l’AWI, cité dans un communiqué. En moyenne, les scientifiques ont trouvé 1.800 particules par litre dans l’Arctique.

Le fait que la neige serve de réservoir est jugé problématique et devrait être mieux pris en compte à l’avenir, selon les auteurs. La distribution atmosphérique de ce type de pollution également.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite