Jacques Monsieur, figure belge du trafic d’armes, arrêté au Portugal

Jacques Monsieur, figure belge du trafic d’armes, arrêté au Portugal
Sylvain Piraux

Le trafiquant d’armes belge Jacques Monsieur a été arrêté ce mercredi soir à Herdade do Jambujal, Evora au Portugal, a indiqué la police fédérale, confirmant une information de VTM. Il avait été condamné l’année dernière à une peine de prison de 4 ans et une amende de 1,2 million d’euros pour avoir livré des armes illégalement à la Libye, le Tchad, le Pakistan et l’Iran.

Condamné en 2017

Jacques Monsieur est l’un des plus grands trafiquants d’armes au monde. En 2017, il est reconnu coupable d’avoir livré illégalement entre 2006 et 2009 des centaines d’armes automatiques, munitions, tanks, hélicoptères, avions et autres matériels militaires à des pays en guerre. Il est condamné à trois ans de prison et une amende de 300.000 euros.

Jacques Monsieur a fait appel de la décision. En octobre dernier, il est finalement condamné à une peine plus lourde : 4 ans de prison et une amende de 1,2 million d’euros. Il est notamment condamné pour appartenance à un gang criminel, contrairement au premier jugement.

Une vraie traque

Suite à ce jugement, il s’est enfui et vivait caché à Evora au Portugal, où il a été arrêté par une équipe spéciale FAST à la demande du tribunal belge. Un mandat d’arrêt international avait été délivré. Sa trace avait été trouvée à Tarascon en France, où il a acheté une maison de campagne au mois de mars. Il possédait également un nombre conséquent de chevaux. Le mois dernier, neuf bêtes ont été emmenées au Portugal par un éleveur français. Le prix du transport (2.500 euros) n’a jamais été réglé mais cette piste a été très utile aux enquêteurs du FAST puisqu’elle les a conduits à Evora.

C’est la collaboration intense entre les forces de l’ordre belges, françaises et portugaises qui a permis l’arrestation de Jacques Monsieur, dans une discrète maison de campagne avec écurie. Il comparaîtra ce vendredi devant un tribunal portugais. La Belgique réclame son extradition pour qu’il puisse purger sa peine.

Bien connu de la justice

Originaire du Brabant flamand, l’homme était connu internationalement. Il y a une dizaine d’années, il avait été condamné pour des faits similaires aux États-Unis et en France. Selon VTM, il n’y a pas eu un conflit armé au cours de ces 35 dernières années dans lequel Jacques Monsieur n’a pas été impliqué. Dans les années 80 déjà, il avait fourni à l’Iran des armes pendant la guerre contre l’Irak.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite