Jacques Monsieur, figure belge du trafic d’armes, arrêté au Portugal

Jacques Monsieur, figure belge du trafic d’armes, arrêté au Portugal
Sylvain Piraux

Le trafiquant d’armes belge Jacques Monsieur a été arrêté ce mercredi soir à Herdade do Jambujal, Evora au Portugal, a indiqué la police fédérale, confirmant une information de VTM. Il avait été condamné l’année dernière à une peine de prison de 4 ans et une amende de 1,2 million d’euros pour avoir livré des armes illégalement à la Libye, le Tchad, le Pakistan et l’Iran.

Condamné en 2017

Jacques Monsieur est l’un des plus grands trafiquants d’armes au monde. En 2017, il est reconnu coupable d’avoir livré illégalement entre 2006 et 2009 des centaines d’armes automatiques, munitions, tanks, hélicoptères, avions et autres matériels militaires à des pays en guerre. Il est condamné à trois ans de prison et une amende de 300.000 euros.

Jacques Monsieur a fait appel de la décision. En octobre dernier, il est finalement condamné à une peine plus lourde : 4 ans de prison et une amende de 1,2 million d’euros. Il est notamment condamné pour appartenance à un gang criminel, contrairement au premier jugement.

Une vraie traque

Suite à ce jugement, il s’est enfui et vivait caché à Evora au Portugal, où il a été arrêté par une équipe spéciale FAST à la demande du tribunal belge. Un mandat d’arrêt international avait été délivré. Sa trace avait été trouvée à Tarascon en France, où il a acheté une maison de campagne au mois de mars. Il possédait également un nombre conséquent de chevaux. Le mois dernier, neuf bêtes ont été emmenées au Portugal par un éleveur français. Le prix du transport (2.500 euros) n’a jamais été réglé mais cette piste a été très utile aux enquêteurs du FAST puisqu’elle les a conduits à Evora.

C’est la collaboration intense entre les forces de l’ordre belges, françaises et portugaises qui a permis l’arrestation de Jacques Monsieur, dans une discrète maison de campagne avec écurie. Il comparaîtra ce vendredi devant un tribunal portugais. La Belgique réclame son extradition pour qu’il puisse purger sa peine.

Bien connu de la justice

Originaire du Brabant flamand, l’homme était connu internationalement. Il y a une dizaine d’années, il avait été condamné pour des faits similaires aux États-Unis et en France. Selon VTM, il n’y a pas eu un conflit armé au cours de ces 35 dernières années dans lequel Jacques Monsieur n’a pas été impliqué. Dans les années 80 déjà, il avait fourni à l’Iran des armes pendant la guerre contre l’Irak.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite