Accueil Société

Jacques Monsieur, figure belge du trafic d’armes, arrêté au Portugal

L’homme était en fuite et vivait caché dans une petite ville portugaise depuis sa condamnation en octobre dernier.

Temps de lecture: 2 min

Le trafiquant d’armes belge Jacques Monsieur a été arrêté ce mercredi soir à Herdade do Jambujal, Evora au Portugal, a indiqué la police fédérale, confirmant une information de VTM. Il avait été condamné l’année dernière à une peine de prison de 4 ans et une amende de 1,2 million d’euros pour avoir livré des armes illégalement à la Libye, le Tchad, le Pakistan et l’Iran.

Condamné en 2017

Jacques Monsieur est l’un des plus grands trafiquants d’armes au monde. En 2017, il est reconnu coupable d’avoir livré illégalement entre 2006 et 2009 des centaines d’armes automatiques, munitions, tanks, hélicoptères, avions et autres matériels militaires à des pays en guerre. Il est condamné à trois ans de prison et une amende de 300.000 euros.

À lire aussi Jacques Monsieur, un personnage digne d'un roman

Jacques Monsieur a fait appel de la décision. En octobre dernier, il est finalement condamné à une peine plus lourde : 4 ans de prison et une amende de 1,2 million d’euros. Il est notamment condamné pour appartenance à un gang criminel, contrairement au premier jugement.

Une vraie traque

Suite à ce jugement, il s’est enfui et vivait caché à Evora au Portugal, où il a été arrêté par une équipe spéciale FAST à la demande du tribunal belge. Un mandat d’arrêt international avait été délivré. Sa trace avait été trouvée à Tarascon en France, où il a acheté une maison de campagne au mois de mars. Il possédait également un nombre conséquent de chevaux. Le mois dernier, neuf bêtes ont été emmenées au Portugal par un éleveur français. Le prix du transport (2.500 euros) n’a jamais été réglé mais cette piste a été très utile aux enquêteurs du FAST puisqu’elle les a conduits à Evora.

C’est la collaboration intense entre les forces de l’ordre belges, françaises et portugaises qui a permis l’arrestation de Jacques Monsieur, dans une discrète maison de campagne avec écurie. Il comparaîtra ce vendredi devant un tribunal portugais. La Belgique réclame son extradition pour qu’il puisse purger sa peine.

Bien connu de la justice

Originaire du Brabant flamand, l’homme était connu internationalement. Il y a une dizaine d’années, il avait été condamné pour des faits similaires aux États-Unis et en France. Selon VTM, il n’y a pas eu un conflit armé au cours de ces 35 dernières années dans lequel Jacques Monsieur n’a pas été impliqué. Dans les années 80 déjà, il avait fourni à l’Iran des armes pendant la guerre contre l’Irak.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Lacroix André, vendredi 16 août 2019, 13:42

    Avec des peines aussi ridicules pour un trafiquant d'engins de mort de cet acabit , je ne comprends pas son obstination à vivre dans la clandestinité plutôt que d'avoir payé sa petite ( pour lui ) amende et ainsi pouvoir jouir tranquillement de sa sale fortune pour le reste de sa vie . Faut-il qu'il soit radin !

  • Posté par Leemans Danielle, jeudi 15 août 2019, 23:28

    Justice Belge: " Un des plus grands trafiquants d'armes au monde condamné dans un premier temps à TROIS ans de prison et 300.000 € d'amende". On croit rêver, d'autant que dans notre pays les peines en-dessous de 4 ans ne sont pas exécutées....Home-jackeurs, car-jackeurs dormez en paix et poursuivez vos activités lucratives en toute quiétude !!

  • Posté par Pablos Gino, jeudi 15 août 2019, 20:55

    J'aime bien traficant d'armes;oui mais ces armes il faut bien qu'on lui vende.Essayez donc d'acheter un char blindé,un avion de guerre et autres munitions.Je ne sais pas vous mais dans les hyper marché que je fréquente on m'en propose pas.Attention surtout ne divulguez pas qui lui vend les armes,si le dossier est classé "secret d'état" vous risquez de valser en tôle à sa place

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko