Malgré la météo capricieuse, la foule est au rendez-vous pour les festivités du 15 août à Huy et à Liège (vidéos)

La ville de Huy vit une journée spéciale pour les festivités du 15 août. En cette année septennale, une programmation exceptionnelle est proposée au public avec comme moment clé le cortège des Septennales, qui a traversé la ville de la rive gauche à la rive droite.

Le cortège était divisé en trois parties: historique, folklorique et religieuse. Il s’étendait sur plus d’un kilomètre et 700 participants, dont 500 figurants, ont traversé Huy. Démarré à 15h à l’école communale d’Outre-Meuse, le cortège s’est ouvert sur la partie historique en proposant de revivre à l’aide de bâches l’histoire de la cité mosane.

Belga

La seconde partie a rendu hommage au folklore de la ville et ce qui en faisait sa réputation: le Mur de Huy, la Collégiale, la Saint-Nicolas des étudiants, etc. Des géants étaient également arborés. Enfin, le cortège des Septennales s’est conclu sur un moment solennel en exposant Notre-Dame de la Sarte. Le défilé s’est terminé à l’école communale de Huy-Sud peu avant 18h.

Malgré la météo capricieuse, les curieux étaient venus en nombre pour assister à ce spectacle grandiose. Ils étaient plusieurs dizaines de milliers, selon la police. De quoi satisfaire le bourgmestre de Huy, Christophe Collignon: «Pouvoir organiser un tel événement demande beaucoup de travail et constater que les citoyens étaient présents malgré la pluie, c’est formidable. De plus, nous voyons tout le monde profiter dans un esprit bon enfant et familial».

Belga

200.000 personnes à Liège

Les festivités du 15 août battent aussi leur plein dans le quartier d’Outremeuse à Liège. D’après un premier bilan de la police de Liège, un peu moins de 200.000 personnes étaient présentes mercredi et jeudi. La journée de jeudi a commencé avec une procession de la Vierge Noire et la messe en pleine air.

AFP

Ensuite, à 14h30, le grand cortège folklorique avec les onze géants, fanfares et majorettes s’est élancé. La pluie a malheureusement quelque peu gâché la fête, mais cela n’a pas empêché la géante Nanesse de fêter ses 25 ans.

AFP

A 20h, la radio NRJ a commencé à mettre l’ambiance sur le podium de la place Delcour avec plusieurs chanteurs et D.J.’s connus du grand public comme Vegedream, Matt Simons, Broken Back, Typh Barrow, Mustii, Basada, Alex Germys, Claire Laffut et Maxime Seclin.

AFP

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite