250e anniversaire de la naissance de Napoléon: le mémorial 1815 organise des festivités

Cérémonie à Ajaccio, le 14 août, pour célébrer les 250 ans de la naissance de Napoléon Bonaparte
Cérémonie à Ajaccio, le 14 août, pour célébrer les 250 ans de la naissance de Napoléon Bonaparte - Pascal Pochard-Casabianca

Napoléon Bonaparte fête ses 250 ans. Né le 15 août 1769 à Ajaccio, celui qui allait devenir l’empereur des français est devenu un personnage historique connu de tous.

Pour l’occasion, le Mémorial 1815, situé au pied de la butte du Lion de Waterloo, organise ce samedi et dimanche 17 et 18 août un week-end spécial pour marquer cet anniversaire. L’événement se concentrera sur la jeunesse de Napoléon et la vie civile et militaire de la fin du XVIIIe siècle sera évoquée, notamment dans un bivouac installé sur le site.

Napoléon en personne, toujours élève à l’école militaire de Brienne, accueillera les visiteurs. Une fois passées les « douanes impériales » à l’entrée du bivouac, le public pourra assister notamment à la présentation des régiments et de leurs armements, à des entraînements au combat, à des animations équestres ou encore à des ateliers pédagogiques sur la monte en amazone.

Portrait de Napoléon Bonaparte par Jean Auguste Dominique Ingres, exposé à Milan, Italie
Portrait de Napoléon Bonaparte par Jean Auguste Dominique Ingres, exposé à Milan, Italie - Piero Oliosi

Certaines animations aborderont la mode de la fin du XVIIIe, d’autres les jeux d’époque comme le croquet, colin-maillard ou encore le jeu de grâce. Des ateliers de fabrication de cartouche et des démonstrations de tir au fusil et au canon seront également proposés. Démonstrations, ateliers et animations sont programmés avec le concours de passionnés comme les Passagers du temps, le groupe Lafayette, les Écuyers de l’histoire, le régiment d’Auxonne et Soissonnois ou encore le 33e régiment Hainaut.

Les tickets « bivouac », proposés à 12 euros permettront d’assister aux animations mais aussi d’accéder au Panorama et à la butte du Lion. Un ticket « Memorial Event » est également prévu, pour permettre la visite des quatre sites majeurs que sont le musée du Mémorial, la butte du Lion, le Panorama et la ferme d’Hougoumont.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite