Accueil Culture Musiques

Festival de Salzbourg: une sublime «Alcina»

L’opéra « Alcina » mis en scène par Damiano Michielietto constitue une des plus grandes réussites haendéliennes jamais réalisées.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Alcina ne s’inscrivait pas dans la même problématique puisqu’il constituait une reprise du Festival de Pentecôte conçu par Cecilia Bartoli qui en est la directrice et l’avait consacré cette année à l’univers des castrats. Le créateur de Ruggiero, le héros chrétien tombé dans les envoûtements de la magicienne Alcina, était incarné à la création par rien moins que le grand castrat Carestini. Tiré du poème épique Orlando furioso de l’Arioste, Alcina nous raconte l’histoire de la reconquête de Ruggiero, tombé sous la griffe (ou les charmes) d’Alcina qui transforme en pierres, arbres et animaux tous les guerriers chrétiens tombés en son pouvoir. Sa promise Bradamante, déguisée en homme, et Melisso, son fidèle écuyer, débarquent dans l’île d’Alcina pour rappeler Ruggiero à ses devoirs. La lutte contre l’attachement à Alcina est longue et complexe mais finit par réussir : Ruggiero repart avec sa fiancée Bradamante et tous les prisonniers, libérés de leurs sortilèges sont rendus à la liberté.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs