Cinquante ans après, les hippies reviennent à Woodstock (photos)

C’était il y a 50 ans exactement : les commémorations du festival culte pour toute une génération ont commencé jeudi soir avec le musicien folk Arlo Guthrie, fils de Woody Guthrie, qui s’était produit en 1969 alors qu’il n’avait que 22 ans, devait ouvrir le bal, suivi pendant le weekend par Ringo Starr, Santana, John Fogerty des Creedence Clearwater Revival.

AFP

Woodstock vit affluer, du 15 au 18 août 1969, près de 500.000 personnes dans les champs d’alfalfa de la pittoresque région des Catskills. Malgré des pluies torrentielles, ils firent la fête et, souvent, consommèrent de la drogue ou firent l’amour dans une rare atmosphère de liberté et d’insouciance.

Reuters

Malgré la boue, le manque de nourriture, et les risques d’overdose, le festival est resté un symbole d’espoir tranchant avec une décennie riche en assassinats et émeutes, sur fond de guerre du Vietnam. Le site est aujourd’hui géré par l’association Bethel Woods Center for the Arts, qui organise régulièrement des concerts et gère un musée à la mémoire du festival.

AFP

AFP

Ils sont nombreux à être venus à Bethel, où le festival a été organisé en 1969. Motard, RJ Pinto s’y rend en pèlerinage presque tous les ans, pour retrouver l’atmosphère d’il y a 50 ans. « La paix, la musique et l’amour sont vraiment là », dit-il avec emphase. « Ce fut un phénomène mondial. »

Pinto affirme avoir tout vu en 1969, malgré le chaos généralisé que fut le festival. Mais il se souvient surtout d’un baiser à Janis Joplin. « Elle me touchait profondément » dit-il, assis sur sa moto. « Janis était une fille incroyable… On est resté autour d’elle jusqu’à ce que je puisse lui prendre la main et l’embrasser sur la joue ».

AFP

AFP

Certains sont venus de loin pour retrouver l’esprit légendaire de Woodstock, comme Patrick Depauw, arrivé spécialement de Belgique. Il n’avait que 10 ans en 1969, mais a vu le film oscarisé de 1970 qui devait consacrer le festival comme le point d’orgue de l’ère hippie. « Toute ma vie a été imprégnée par cet événement », dit cet homme de 60 ans, en t-shirt délavé lui aussi. « Je n’avais qu’une seule idée en tête, c’était de réaliser mon rêve et de venir pour les 50 ans de Woodstock sur le site original du festival ».

L’esprit de Woodstock revient aujourd’hui, selon lui, car « les événements, que ce soit sur le continent américain ou en Europe, sont inquiétants (…) Le monde manque de plus en plus de solidarité et ce type de mouvement (promeut) la solidarité. »

AFP

« Vous ne pouviez pas ne pas vous sentir submergés par la foule, submergés par la générosité des gens », se souvient Poinelli, 19 ans à l’époque, depuis l’endroit où se dressait la scène mythique où se sont succédé des légendes du rock comme Jimi Hendrix, Janis Joplin et Santana devant près d’un demi-million de personnes. Il se souvient qu’après avoir passé le week-end avec sa nouvelle dulcinée Gail, ils sont allés derrière la scène, où Joe Cocker venait de commencer à jouer, pour se dire au revoir.

AFP

Deux ans après avoir dansé ensemble aux sons de groupes comme Creedence Clearwater Revival et Canned Heat, Gail et Les se mariaient. Ils allaient avoir ensemble cinq enfants et 12 petits-enfants. Avant de revenir à Woodstock jeudi, Les Poinelli s’est rendu, comme il le fait quasi-quotidiennement, sur la tombe de sa femme, décédée en 2016. « De Woodstock à l’éternité », dit-il avoir fait graver sur sa pierre tombale. Embrassant du regard les collines qui entourent Bethel, il ajoute : « C’est ici que la vie a commencé ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite