Cinquante ans après, les hippies reviennent à Woodstock (photos)

C’était il y a 50 ans exactement : les commémorations du festival culte pour toute une génération ont commencé jeudi soir avec le musicien folk Arlo Guthrie, fils de Woody Guthrie, qui s’était produit en 1969 alors qu’il n’avait que 22 ans, devait ouvrir le bal, suivi pendant le weekend par Ringo Starr, Santana, John Fogerty des Creedence Clearwater Revival.

AFP

Woodstock vit affluer, du 15 au 18 août 1969, près de 500.000 personnes dans les champs d’alfalfa de la pittoresque région des Catskills. Malgré des pluies torrentielles, ils firent la fête et, souvent, consommèrent de la drogue ou firent l’amour dans une rare atmosphère de liberté et d’insouciance.

Reuters

Malgré la boue, le manque de nourriture, et les risques d’overdose, le festival est resté un symbole d’espoir tranchant avec une décennie riche en assassinats et émeutes, sur fond de guerre du Vietnam. Le site est aujourd’hui géré par l’association Bethel Woods Center for the Arts, qui organise régulièrement des concerts et gère un musée à la mémoire du festival.

AFP

AFP

Ils sont nombreux à être venus à Bethel, où le festival a été organisé en 1969. Motard, RJ Pinto s’y rend en pèlerinage presque tous les ans, pour retrouver l’atmosphère d’il y a 50 ans. « La paix, la musique et l’amour sont vraiment là », dit-il avec emphase. « Ce fut un phénomène mondial. »

Pinto affirme avoir tout vu en 1969, malgré le chaos généralisé que fut le festival. Mais il se souvient surtout d’un baiser à Janis Joplin. « Elle me touchait profondément » dit-il, assis sur sa moto. « Janis était une fille incroyable… On est resté autour d’elle jusqu’à ce que je puisse lui prendre la main et l’embrasser sur la joue ».

AFP

AFP

Certains sont venus de loin pour retrouver l’esprit légendaire de Woodstock, comme Patrick Depauw, arrivé spécialement de Belgique. Il n’avait que 10 ans en 1969, mais a vu le film oscarisé de 1970 qui devait consacrer le festival comme le point d’orgue de l’ère hippie. « Toute ma vie a été imprégnée par cet événement », dit cet homme de 60 ans, en t-shirt délavé lui aussi. « Je n’avais qu’une seule idée en tête, c’était de réaliser mon rêve et de venir pour les 50 ans de Woodstock sur le site original du festival ».

L’esprit de Woodstock revient aujourd’hui, selon lui, car « les événements, que ce soit sur le continent américain ou en Europe, sont inquiétants (…) Le monde manque de plus en plus de solidarité et ce type de mouvement (promeut) la solidarité. »

AFP

« Vous ne pouviez pas ne pas vous sentir submergés par la foule, submergés par la générosité des gens », se souvient Poinelli, 19 ans à l’époque, depuis l’endroit où se dressait la scène mythique où se sont succédé des légendes du rock comme Jimi Hendrix, Janis Joplin et Santana devant près d’un demi-million de personnes. Il se souvient qu’après avoir passé le week-end avec sa nouvelle dulcinée Gail, ils sont allés derrière la scène, où Joe Cocker venait de commencer à jouer, pour se dire au revoir.

AFP

Deux ans après avoir dansé ensemble aux sons de groupes comme Creedence Clearwater Revival et Canned Heat, Gail et Les se mariaient. Ils allaient avoir ensemble cinq enfants et 12 petits-enfants. Avant de revenir à Woodstock jeudi, Les Poinelli s’est rendu, comme il le fait quasi-quotidiennement, sur la tombe de sa femme, décédée en 2016. « De Woodstock à l’éternité », dit-il avoir fait graver sur sa pierre tombale. Embrassant du regard les collines qui entourent Bethel, il ajoute : « C’est ici que la vie a commencé ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A 35 ans, David Leisterh prend la présidence du MR bruxellois. © Pierre-Yves Thienpont.

    Un jeune président du MR à Bruxelles aussi

  2. Martial a égalisé sur  une rentrée en touche... brugeoise, prenant de vitesse Mechele.

    Europa League: pour Bruges, le coup reste jouable à Old Trafford

  3. Le carnaval d’Alost suscite à nouveau la polémique.

    Carnaval d’Alost: le gouvernement israélien entre dans la polémique

La chronique
  • Pourquoi le socialisme n’a jamais pris aux USA

    Après trois ans de harangues et d’imprécations envers Donald Trump, les choses sérieuses ont commencé pour l’opposition démocrate. Première étape, capitale : se choisir un(e) candidat(e) susceptible de rassembler une majorité d’Américains le 3 novembre prochain, pour battre le président sortant.

    Dans ce contexte, Bernie Sanders a entamé la course à l’investiture sur les chapeaux de roue : première place, ex aequo avec Pete Buttigieg, lors du caucus de l’Iowa et victoire dans la primaire du New Hampshire.

    Certes, le chemin est encore long jusqu’à la convention nationale de Milwaukee, prévue du 13 au 16 juillet, qui désignera le challenger de Trump. Mais ces succès du sénateur du Vermont, conjugués au départ catastrophique de Joe Biden – longtemps favori des sondages et du Parti – ont plongé l’appareil démocrate dans des abîmes de perplexité.

    Un sondage publié ce lundi sur le site de Newsweek aura sans...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: on en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après...

    Lire la suite