Indonésie: Jakarta pourrait se retrouver sous les eaux d’ici 2050, selon les experts (photos et vidéo)

Indonésie: Jakarta pourrait se retrouver sous les eaux d’ici 2050, selon les experts (photos et vidéo)

Jakarta se noie. Ses sols se dérobent sous le poids des constructions, ses fondations sont fragilisées par le pompage des nappes phréatiques et la mer monte. Autant de raisons, parmi d’autres, pour le gouvernement indonésien de changer de capitale.

Mais une grande partie des 10 millions d’habitants de Jakarta sont, eux, condamnés à rester au sein de la mégalopole engorgée et menacée. Au rythme actuel, un tiers de la ville pourrait se retrouver sous les eaux d’ici 2050, selon des experts environnementaux.

Bientôt « ancienne » capitale

En réponse à ces maux, auxquels s’ajoutent les terribles embouteillages, la pollution et les risques sismiques, le gouvernement a annoncé en mai qu’il déciderait cette année de l’emplacement d’une nouvelle capitale politique. Le choix de sa localisation – alors que Jakarta, sur l’île de Java, resterait la capitale économique – pourrait être imminent, selon les médias indonésiens. « Le projet de relocaliser la capitale est sérieux. C’est décidé », a déclaré cette semaine le président indonésien Joko Widodo.

C’est le nord de la ville qui est le plus menacé. Là, des quartiers entiers, qui longent la côte, s’affaissent sous le niveau de la mer. Bâties sur des marécages, près du confluent de 13 rivières, les fondations de la ville ont été encore fragilisées par un développement fulgurant, avec de nouveaux bâtiments et gratte-ciel, une circulation intense, et une mauvaise planification urbaine. De plus, les quartiers nord de Jarkarta n’ont pas de réseau d’adduction d’eau, aussi les industries locales et des millions d’habitants puisent-elles dans les nappes phréatiques.

25 cm de perdu par an

En conséquence, Jakarta s’affaisse de 25 cm par an dans certaines zones, soit le double de la moyenne mondiale des grandes villes côtières. Certaines parties de la ville se trouvent désormais à quatre mètres sous le niveau de la mer, et des millions de personnes sont à la merci de catastrophes naturelles. Car si les inondations sont déjà fréquentes à la saison des pluies, le phénomène devrait s’aggraver avec la hausse du niveau des mers provoquée par le changement climatique.

Un simple regard permet de mesurer l’étendue du problème : sur le front de mer, il ne reste que le squelette d’une mosquée abandonnée, en partie submergée. Les routes sont jonchées de vastes flaques d’eau, le rez-de-chaussée de plusieurs maisons n’est plus habitable, et de petites cabanes sur pilotis bordent le front de mer jonché d’ordures.

Les autorités locales cherchent désespérément des solutions pour Jakarta : un projet de construction d’îles artificielles dans la baie, qui servirait de tampon avec la mer de Java, et d’un vaste mur côtier a été approuvé. Mais il n’y a aucune garantie que le projet, estimé à 40 milliards de dollars, et qui a déjà des années de retard, résoudrait le problème.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite