Accueil Opinions Éditos

La Flandre ne marche pas au son du canon

Bart De Wever a suggéré dans sa note pour la formation du gouvernement flamand de créer un « canon » flamand ».

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour dénoncer les errements ou les exagérations du politique (N-VA ou autre), l’empêchant d’instrumentaliser le savoir et les principes comme bon lui chante.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

23 Commentaires

  • Posté par Alexandre Fabienne, dimanche 18 août 2019, 20:33

    C'est bizarre. J'entends comme une redite dans la volonté de B. De Wever de créer un "canon" flamand Sauf que les Nazis n'appelaient pas cela un "canon" mais la supériorité de la race aryenne. Ils avaient même créé une institution "l'Ahnenerbe" ou "Société pour la recherche et l'enseignement sur l'héritage ancestral" C'était un institut de recherches pluridisciplinaire nazies qui avait pour objet d'études « la sphère, l'esprit, les hauts faits et le patrimoine de la race indo-européenne nordique » avec comme outils la recherche archéologique, l'anthropologie raciale et l'histoire culturelle de la « race aryenne ». Son but était de prouver la validité des théories nazies sur la supériorité raciale des « Aryens ».

  • Posté par Petitjean Marie-rose, lundi 19 août 2019, 10:21

    Nous avons en effet eu à maintes reprises l'occasion d'entendre proclamer le mépris des Wallons par des dirigeants de la NVA (junkies, fainéants, assistés, hamac; etc.) ; mépris qui implique bien l'idée de la supériorité des Flamands, idée à la base de tout racisme.

  • Posté par Theys Jos, dimanche 18 août 2019, 9:54

    Nouvelle provocation et attaque en règle de la N-VA !! Elle voudrait imposer au Flamand de connaître un minimum de son histoire. Aux armes citoyens !

  • Posté par Jules Vandeweyer, samedi 17 août 2019, 21:47

    Bon on commence par qui? A quelle époque?: En 1302, Gui de Dampierre, le comte de Flandre était aussi comte de Namur; depuis l'an mil environ, le Limbourg a fait partie de la principauté de Liège et ce jusqu'en… 1794. A l'Yser, les Flamands ont honoré devant leur monument (sans le savoir) deux Wallons tombés dans les tranchées. André Dumont qui a lancé le charbon dans le Limbourg était Liégeois. Bon, il reste les artistes (peintres, poètes, …). Et les artistes, De Wever, il les aime beaucoup (sic!)

  • Posté par Dechamps Pascal , samedi 17 août 2019, 20:16

    Eh bien, apparemment depuis le début du week-end, un peu, beaucoup, à la folie (?)

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs