Le Pukkelpop retire les drapeaux flamingants après un incident: De Roover (N-VA) attend des excuses publiques

Le chef de groupe de la N-VA à la Chambre, Peter De Roover.
Le chef de groupe de la N-VA à la Chambre, Peter De Roover. - Pierre-Yves Thienpont

Après l’émoi causé par l’incident autour de la militante Anuna De Wever, les organisateurs du Pukkelpop ont décidé vendredi d’ôter les drapeaux flamingants, frappés d’un lion noir, des campings du festival. Une mesure fermement critiquée par Peter De Roover, chef de groupe de la N-VA à la Chambre, qui exige des excuses publiques.

>> Le Pukkelpop retire les drapeaux flamingants après des menaces visant Anuna De Wever: la N-VA s’insurge

Vendredi, la jeune militante Anuna De Wever a été menacée de mort par de jeunes festivaliers porteurs de drapeaux frappés du lion noir. Les organisateurs du festival ont dès lors décidé de faire retirer les drapeaux polémiques, indiquant qu’il s’agit « de drapeaux de collabo ».

Tentes détruites, bouteilles d’urine...: Anuna De Wever menacée de mort au Pukkelpop après une action en faveur du climat

Pour Peter De Roover, cette décision est inacceptable. Le chef de groupe de la N-VA demande des excuses publiques à l’organisateur du Pukkelpop, Chokri Mahassine. « Votre organisation me criminalise, ainsi que d’innombrables Flamands, en nous reliant au régime nazi », a-t-il fustigé ce samedi dans une lettre ouverte sur Facebook.

« J’attends de vous, au nom de votre organisation, que vous vous excusiez publiquement auprès de moi et de toutes les autres personnes qui hissent parfois le Lion noir-jaune flamand, et que vous déclariez publiquement que la qualification totalement non historique de ce drapeau comme drapeau de collaboration était une erreur dont votre organisation se distancie », conclut Peter De Roover, remonté.

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite