Euro de hockey: Les Red Panthers entament le tournoi d’Anvers en forçant les Pays-Bas au partage: 1-1!

Euro de hockey: Les Red Panthers entament le tournoi d’Anvers en forçant les Pays-Bas au partage: 1-1!
Belga

Du rouge dans les oranges ! Tel était le premier défi à relever, samedi soir dans le stade de la Wilrijkse Plein : garnir les tribunes d’une belle nuée de supporters belges, au moins aussi massive que la colonie orange qui avait déjà rejoint Anvers, plus tôt dans l’après-midi, afin d’assister à la victoire sans appel des messieurs face à l’Irlande (5-1).

Un premier défi à moitié réussi, car si les Néerlandais semblaient incontestablement être en supériorité numérique et phonique, les Belges donnaient de la voix tant qu’ils pouvaient afin de porter au maximum des Red Panthers fatalement montées au jeu sans trop d’illusions face aux meilleures joueuses du monde, d’Europe et de la Pro League. Et pourtant…

Matla ouvre le score

Cela n’empêchait pas les Red Panthers de montrer du cœur à l’ouvrage dès l’entame de jeu. Une volonté illustrée dès la 5e minute par une jolie percée de Louise Versavel sur le flanc gauche, malheureusement sans effet. Dans la foulée, Aisling D’Hooghe effectuait un joli sauvetage, mais deux minutes plus tard, Frederique Matla jaillissait pour ouvrir le score en faveur des Néerlandaises à la faveur d’un joli revers (1-0).

Un quart et puis Picard

A l’entame du deuxième quart-temps, Niels Thijssen allait faire monter Elodie Picard à la place d’Aisling D’Hooghe, et la gardienne de l’Antwerp allait effectuer quelques arrêts de très bonne facture. Bien utiles pour éviter que le tableau marquoir ne prenne des allures de boulier compteur. En toute fin de 1ère mi-temps, il s’en est même fallu de peu que Jill Boon ne rétablisse l’égalité, mais son revers passait tout juste à côté de la cage alors défendue par Josine Koning (ensuite remplacée par Anne Veenendaal).

PC gagnant en 2e mi-temps

Le troisième quart-temps était marqué par une affaire de PC. Le jeu reprenait en force pour les Red Panthers qui obtenaient un PC après deux minutes de jeu à peine. Alix Gerniers en profitait pour rétablir l’égalité, mais un jeu dangereux lui était opposé à l’arbitrage vidéo. En fin de 3e quart temps, un nouveau PC était obtenu par les Red Panthers. D’abord raté, il était rejoué pour un « back stick » reproché à une défenseuse hollandaise. Michelle Struijk en profitait pour jaillir au rebond et enfin marquer ce premier goal belge, synonyme d’égalité après trois quarts d’heure de jeu (1-1).

Marée rouge !

Alors qu’Elodie Picard revenait au goal pour le dernier quart temps, les échanges s’équilibraient résolument entre les deux camps. Avec d’un côté des Red Panthers conscientes qu’il y avait un bon coup à jouer, et de l’autre, des Néerlandaise sans doute étreintes par la désagréable sensation que le manque d’application dont elles avaient un brin témoigné à mi-rencontre allait peut-être les forcer à un partage a priori inattendu.

Et de fait, c’est bien à celui-ci qu’elles durent se résoudre. Pour le plus grand bonheur d’une marée… rouge !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite