Coupe du monde de basket: De’Aaron Fox forfait, l’hécatombe continue pour les États-Unis

Coupe du monde de basket: De’Aaron Fox forfait, l’hécatombe continue pour les États-Unis
Photo News

L’arrière-meneur des Sacramento Kings, De’Aaron Fox, ne participera pas à la Coupe du monde en Chine (31 août-15 septembre), a annoncé samedi USA Basketball, pour qui l’hécatombe continue à moins de deux semaines d’entamer la défense de sa couronne mondiale.

Fox n’a, pour l’instant, pas encore détaillé les raisons de son forfait. Mais selon Yahoo Sports, toujours bien informé sur le basket US, le joueur préfère se concentrer sur la prochaine saison NBA qui débute en octobre.

Le poste 1-2 de 21 ans, qui tournait en 14,6 points et 5,9 passes décisives de moyenne par match avec sa franchise sur ses deux premières saisons NBA, avait intégré la pré-sélection américaine en début du mois pour pallier aux manques de «Team USA» sur les lignes arrières.

Déjà confrontée à une pénurie de joueur à l’extérieure, la sélection emmenée par le légendaire coach des Spurs Gregg Popovich a donc perdu, avec le forfait de Fox, un nouvel élément pour organiser son jeu en Chine.

Lowry et Tucker out aussi

Cette semaine, les États-Unis avaient déjà dû enregistrer le forfait du meneur des Toronto Raptors Kyle Lowry, blessé au pouce gauche, et de l’intérieur des Houston Rockets P.J Tucker, touché à une cheville.

Ils viennent s’ajouter à la longue liste de joueurs NBA de premier plan qui ne défendront pas les couleurs de leur pays en Chine. Ces dernières semaines, Lebron James et Anthony Davis (Los Angeles Lakers), Stephen Curry (Golden State), Kawhi Leonard (Los Angeles Clippers), James Harden (Houston), Damian Lillard (Portland), DeMar Derozan (San Antonio) ou encore le sensationnel rookie Zion Williamson (Nouvelle-Orléans) ont annoncé leur retrait.

Ces forfaits en cascade, et cela semble être également le cas pour Fox, s’expliquent pour la plupart par une volonté de se préparer pour la prochaine saison NBA, qui s’annonce plus que jamais incertaine après le chamboulement de nombreux effectifs cet été.

Alors que les USA s’envolent le 19 août vers l’Australie pour une série de matches de préparation, Popovich n’a plus que 13 joueurs à sa disposition. Il devra, au final, en emmener 12 pour le Mondial.

Vendredi, pourtant privés de l’arrière des Bostons Celtics Marcus Smart, qui souffre du mollet, les Américains ont néanmoins disposé de l’Espagne (90-81), en match de préparation à Anaheim (Californie).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Trump et la diplomatie du «deux poids deux mesures»

    Trump, s.v.p., sauvez Hong Kong », clament les protestataires de « la perle de l’Orient ». «Nous sommes derrière vous à 100%», déclare le vice-président américain Mike Pence au leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido. Pour ceux qui combattent des régimes autoritaires, la tentation d’accepter de l’aide « d’où qu’elle vienne » est inévitable, mais le pari est risqué, car l’appui d’une puissance controversée, comme aujourd’hui l’Amérique de Donald Trump, peut compromettre ou contredire les valeurs de liberté et de patriotisme dont ils se réclament.

    Dans les pays qui ont été marqués par les ingérences étrangères, il ne faut jamais sous-estimer la force du ressentiment nationaliste, qui offre à leurs dirigeants un moyen de discréditer...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite