Les Red Panthers après leur match nul contre les Pays-Bas: «C’est génial, mais ne nous emballons pas» (vidéo)

Les Red Panthers après leur match nul contre les Pays-Bas: «C’est génial, mais ne nous emballons pas» (vidéo)
Photo News

Inutile de dire que les Red Panthers étaient plutôt souriantes et légères après avoir forcé les Néerlandaises au match nul, samedi soir, au premier tour de l’Euro de hockey : une « première » en ce qui les concerne ! Mais le mot d’ordre restait le même : « Ne nous emballons pas ! »

Gerniers : « Un peu impressionnées au début »

Alix Gerniers, légitimement déçue de ne pas avoir vu son but validé, sur PC, le confirmait : « Ne nous voilons pas la face : nous étions un peu impressionnées à l’entame du match. Par l’événement, le monde, le bruit, ainsi que nos adversaires. Puis nous sommes montées en puissance, et avons enfin renoué avec nos schémas de jeu en deuxième mi-temps. C’est comme ça qu’on leur a fait mal à l’une ou l’autre reprise. Et pour beaucoup d’entre nous je pense, c’est la première fois que nous avons vu des Hollandaises douter devant nous. C’est chouette à voir ! »

Gerniers : « On a marqué deux fois »

Moins chouette : ce but annulé ! « Oui, c’est vrai, d’autant que c’est moi qui l’ai marqué ! », souriait la joueuse de La Gantoise. « Je ne comprends toujours pas pourquoi, si ce n’est que l’arbitre a sifflé trop vite, je pense. Sans cela, le goal aurait été validé. Cela veut donc dire que marqué deux fois, une fois de plus que nos rivales. Ça compte ! »

Ballenghien : « Ce n’est pas pour ça qu’on va gagner 5-0 contre la Russie ! »

Ambre Ballenghien partageait le même enthousiasme. « Prendre un point contre les Pays-Bas, c’est la première fois que ça nous arrive, et c’est vraiment important pour nous ! », souriait la future Gantoise. « Cela faisait un moment qu’on se disait qu’on finirait bien par les battre, et voilà que nous avons franchi un premier pas. Quand notre premier goal a été annulé, nous sommes restées calmes. Et puis il y a eu cet appel vidéo que je n’ai pas hésité à demander. Ce backstick était flagrant. Il me semblait évident de le demander. »

Comme sa future équipière, l’attaquante se montrait cependant prudente pour la suite : « On sait que le prochain match contre la Russie sera très important. Et je crois que nous sommes toutes bien conscientes que ce n’est pas parce qu’on a fait 1-1 ici, qu’on va gagner 5-0 lundi ! »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite