Afghanistan: 63 morts et 182 blessés dans l’attentat contre un mariage à Kaboul

Afghanistan: 63 morts et 182 blessés dans l’attentat contre un mariage à Kaboul

L’attentat qui a visé samedi soir un mariage à Kaboul a tué au moins 63 personnes et en a blessé 182, ont indiqué dimanche matin les autorités.

«Parmi les victimes il y a des femmes et des enfants», a précisé le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Nasrat Rahimi.

C’est un des attentats les plus meurtriers depuis le début de l’année en Afghanistan.

L’explosion est survenue à 22H40 (18H10 GMT) «dans la salle de mariage Shar Dubai dans l’ouest de Kaboul», avait indiqué samedi soir M. Rahimi sans être alors en mesure de livrer un premier bilan.

Les porte-parole talibans ont nié dimanche matin l’implication du groupe insurgé.

«L’Emirat islamique (appellation que se donnent les talibans, NDLR) condamne fermement l’attentat contre des civils à Kaboul. Commettre de tels assassinats délibérés et brutaux et prendre pour cible des femmes et des enfants n’ont aucune justification», ont tweeté deux porte-parole des talibans.

La branche afghane du groupe Etat islamique (EI), l’autre groupe terroriste qui commet des attentats dans ce pays en guerre, ne s’est pas manifestée.

«J’étais dans la partie réservée aux femmes quand j’ai entendu une énorme explosion dans la partie réservée aux hommes», avait témoigné auprès de l’AFP un participant au mariage, Mohammad Farhag.

«Tout le monde est sorti en courant, en criant et en pleurant. La salle était pleine de fumée. Presque tous ceux dans la partie réservée aux hommes sont morts ou blessés».

>Afghanistan: une attaque au centre de Kaboul fait des «dizaines de blessés

En attente de négociations

Les mariages en Afghanistan réunissent plusieurs centaines d’invités dans de grands complexes en périphérie de la ville.

Le 12 juillet, dans un attentat revendiqué par l’EI, au moins six personnes ont été tuées et quatorze blessées lorsqu’un kamikaze s’est fait exploser lors d’une cérémonie dans la province de Nangarhar, dans l’est de l’Afghanistan.

L’attentat de samedi est survenu alors que la population afghane, exaspérée par la violence aveugle, espère la conclusion d’un accord entre les Etats-Unis et les talibans qui ouvrirait la voie à des négociations de paix entre le gouvernement afghan et le groupe insurgé.

Plusieurs sources américaines laissaient entendre ces derniers jours qu’un accord pourrait être imminent, mais certains points restaient à régler.

L’envoyé spécial Zalmay Khalilzad, à la tête de l’équipe de négociation américaine, pourrait à nouveau se rendre dans la région dans les prochains jours afin de poursuivre, voire finaliser, les négociations.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chaque jour, un «
prix maximum autorisé
» est un plafond, propre à la Belgique, que les enseignes n’ont pas le droit de dépasser. Il est calculé et communiqué chaque jour ouvrable par le SPF Economie.

    Carburant: pourquoi les prix varient-ils d’une station à l’autre?

  2. Des missiles balistiques intercontinentaux RS-24 défilent sur la Place Rouge, à Moscou, le 7 mai 2019.

    Faut-il craindre les «supermissiles» de Vladimir Poutine?

  3. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite