Bienvenue en Wallonie: Rochefort, on ne fait pas qu’y rire

Dans cet article

Rochefort doit une bonne part de sa notoriété au Festival international du rire, un événement annuel qui se tient au joli mois de mai et qui a vu se succéder sur scène de grands noms de l'humour. Pas étonnant si, dans le centre de la petite cité, trône une statue de Raymond Devos. Salut l'artiste ! Rochefort aime les arts. Le centre culturel des Roches fourmille d'activités, tout en conservant son côté rat des champs. Comme un brainstorming permanent sur la place de l'expression artistique dans la ruralité d'ici et d'ailleurs – car de nombreuses questions se posent de la même manière pour les agriculteurs de Famenne ou pour les paysans sans terre du Brésil, par exemple –, à l'image de Terre Ferme, un ensemble de rendez-vous mêlant projections de films, spectacles, conférences, expositions, dégustations et débats. L'avis est lancé aux urbains curieux, ils pourraient y découvrir des choses insoupçonnées... C'est aussi dans ce coin de Wallonie que l'on trouve un autre lieu culturel assez improbable, un peu perdu, dans le village de Forzée: le Petit théâtre de la grande vie.

Rochefort, c'est encore bien d'autres choses: un terroir gastronomique – trois bières trappistes toujours brassées à l'abbaye par des moines, entre autres –, des forêts, ces paysages de Famenne parcourus par la Lesse qui s'est tracé un chemin à travers les roches calcaires comme dans le massif de Boine. C'est ce qui a façonné les grottes de Han.

Manger

Dans le centre de Rochefort, les visiteurs ont le choix entre une petite quinzaine de restaurants, surtout aux abords du croisement entre la rue de Behogne (l'artère principale) et la rue du Tunnel. La tendance principale va vers les cuisines belge et française, mais il y a aussi le Sam Thaï pour les amateurs de saveurs asiatiques, ou le Bella Italia. Le Buffalo Lunch offre une large carte où l'on retrouve, entre autres, des produits régionaux. Comme la truite meunière, la truite ardennaise, une poêlée de champignons et de petits gris de Namur en feuilleté, ou encore une cassolette ardennaise avec grenouilles, escargots, lard, champignon et crème à l'ail. Une assez copieuse partie de la carte est consacrée aux salades, frisées et autres assiettes de charcuterie. Les vrais gourmets peuvent se tourner vers une adresse plus cotée – mais à l'extérieur de la ville, à Villers-sur-Lesse –, le Beau Séjour. Pour un simple verre en terrasse, n'oubliez pas de goûter l'une des trois trappistes brassées à l'abbaye de Rochefort.

Visiter

Une balade dans le centre s’impose, par soi-même ou en empruntant le train touristique qui permet de découvrir le patrimoine de la cité. Aux amateurs d’architecture et d’histoire, on conseille aussi les châteaux. Le château comtal et ses ruines bien sûr, mais pas seulement. Celui de Lavaux-Sainte-Anne comprend trois musées. L’un est dédié à la nature et la chasse, un second à la vie des seigneurs au XVIIe siècle, le troisième à la vie rurale en Famenne au XIXe siècle, avec de nombreux objets du quotidien. Un poil plus éloigné, le château de Vêves, quant à lui, est considéré comme l’un des plus beaux de l’époque médiévale que la Belgique a conservé. Petit plus, il est à côté du village de Celles qui fait partie du réseau des Plus beaux villages de Wallonie. Pour les enfants, il y a le Domaine des grottes de Hanainsi que la villa gallo-romaine de la Malagne et son archéoparc.

Se balader

La nature est à deux pas. Les possibilités de balades à pied, à vélo, voire à cheval, sont multiples. Depuis le centre de la cité, on peut facilement rejoindre le Ravel qui emprunte le tracé de l’ancienne voie de chemin de fer Jemelle-Houyet. Plusieurs tronçons jouxtent la Lesse, dans un cadre on ne peut plus bucolique. Avec un peu de chance, vous pourrez apercevoir un chevreuil ou une biche, les grands cervidés apprécient la région. Ou encore une loutre, en particulier à proximité de la donation royale (autour du château de Ciergnon). Moins sauvage mais tout aussi verdoyant, le Domaine de Chevetogne est également une option, surtout pour les familles. Le site est vaste, comprend de nombreux chemins. Avec des enfants, les buts de la promenade peuvent varier : la plaine de jeu principale, les plaines thématiques, les cabanes dans les arbres, le sentier sur les traces du personnage de Martine, les étangs où faire du canoë. Sans oublier, ouverte en juillet et août, la piscine à ciel ouvert.

Plus d’infos  : syndicat d’initiative de Rochefort, rue de Behogne 5. 084.21.25.37

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Trump et la diplomatie du «deux poids deux mesures»

    Trump, s.v.p., sauvez Hong Kong », clament les protestataires de « la perle de l’Orient ». «Nous sommes derrière vous à 100%», déclare le vice-président américain Mike Pence au leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido. Pour ceux qui combattent des régimes autoritaires, la tentation d’accepter de l’aide « d’où qu’elle vienne » est inévitable, mais le pari est risqué, car l’appui d’une puissance controversée, comme aujourd’hui l’Amérique de Donald Trump, peut compromettre ou contredire les valeurs de liberté et de patriotisme dont ils se réclament.

    Dans les pays qui ont été marqués par les ingérences étrangères, il ne faut jamais sous-estimer la force du ressentiment nationaliste, qui offre à leurs dirigeants un moyen de discréditer...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite