Bienvenue en Wallonie: Rochefort, on ne fait pas qu’y rire

Dans cet article

Rochefort doit une bonne part de sa notoriété au Festival international du rire, un événement annuel qui se tient au joli mois de mai et qui a vu se succéder sur scène de grands noms de l'humour. Pas étonnant si, dans le centre de la petite cité, trône une statue de Raymond Devos. Salut l'artiste ! Rochefort aime les arts. Le centre culturel des Roches fourmille d'activités, tout en conservant son côté rat des champs. Comme un brainstorming permanent sur la place de l'expression artistique dans la ruralité d'ici et d'ailleurs – car de nombreuses questions se posent de la même manière pour les agriculteurs de Famenne ou pour les paysans sans terre du Brésil, par exemple –, à l'image de Terre Ferme, un ensemble de rendez-vous mêlant projections de films, spectacles, conférences, expositions, dégustations et débats. L'avis est lancé aux urbains curieux, ils pourraient y découvrir des choses insoupçonnées... C'est aussi dans ce coin de Wallonie que l'on trouve un autre lieu culturel assez improbable, un peu perdu, dans le village de Forzée: le Petit théâtre de la grande vie.

Rochefort, c'est encore bien d'autres choses: un terroir gastronomique – trois bières trappistes toujours brassées à l'abbaye par des moines, entre autres –, des forêts, ces paysages de Famenne parcourus par la Lesse qui s'est tracé un chemin à travers les roches calcaires comme dans le massif de Boine. C'est ce qui a façonné les grottes de Han.

Manger

Dans le centre de Rochefort, les visiteurs ont le choix entre une petite quinzaine de restaurants, surtout aux abords du croisement entre la rue de Behogne (l'artère principale) et la rue du Tunnel. La tendance principale va vers les cuisines belge et française, mais il y a aussi le Sam Thaï pour les amateurs de saveurs asiatiques, ou le Bella Italia. Le Buffalo Lunch offre une large carte où l'on retrouve, entre autres, des produits régionaux. Comme la truite meunière, la truite ardennaise, une poêlée de champignons et de petits gris de Namur en feuilleté, ou encore une cassolette ardennaise avec grenouilles, escargots, lard, champignon et crème à l'ail. Une assez copieuse partie de la carte est consacrée aux salades, frisées et autres assiettes de charcuterie. Les vrais gourmets peuvent se tourner vers une adresse plus cotée – mais à l'extérieur de la ville, à Villers-sur-Lesse –, le Beau Séjour. Pour un simple verre en terrasse, n'oubliez pas de goûter l'une des trois trappistes brassées à l'abbaye de Rochefort.

Visiter

Une balade dans le centre s’impose, par soi-même ou en empruntant le train touristique qui permet de découvrir le patrimoine de la cité. Aux amateurs d’architecture et d’histoire, on conseille aussi les châteaux. Le château comtal et ses ruines bien sûr, mais pas seulement. Celui de Lavaux-Sainte-Anne comprend trois musées. L’un est dédié à la nature et la chasse, un second à la vie des seigneurs au XVIIe siècle, le troisième à la vie rurale en Famenne au XIXe siècle, avec de nombreux objets du quotidien. Un poil plus éloigné, le château de Vêves, quant à lui, est considéré comme l’un des plus beaux de l’époque médiévale que la Belgique a conservé. Petit plus, il est à côté du village de Celles qui fait partie du réseau des Plus beaux villages de Wallonie. Pour les enfants, il y a le Domaine des grottes de Hanainsi que la villa gallo-romaine de la Malagne et son archéoparc.

Se balader

La nature est à deux pas. Les possibilités de balades à pied, à vélo, voire à cheval, sont multiples. Depuis le centre de la cité, on peut facilement rejoindre le Ravel qui emprunte le tracé de l’ancienne voie de chemin de fer Jemelle-Houyet. Plusieurs tronçons jouxtent la Lesse, dans un cadre on ne peut plus bucolique. Avec un peu de chance, vous pourrez apercevoir un chevreuil ou une biche, les grands cervidés apprécient la région. Ou encore une loutre, en particulier à proximité de la donation royale (autour du château de Ciergnon). Moins sauvage mais tout aussi verdoyant, le Domaine de Chevetogne est également une option, surtout pour les familles. Le site est vaste, comprend de nombreux chemins. Avec des enfants, les buts de la promenade peuvent varier : la plaine de jeu principale, les plaines thématiques, les cabanes dans les arbres, le sentier sur les traces du personnage de Martine, les étangs où faire du canoë. Sans oublier, ouverte en juillet et août, la piscine à ciel ouvert.

Plus d’infos  : syndicat d’initiative de Rochefort, rue de Behogne 5. 084.21.25.37

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Une fiscalité automobile intelligente: il est grand temps

    C’est peu risqué, mais prenons le pari : l’idée du gouvernement bruxellois d’imposer une taxe de congestion à l’entrée de la ville va faire hurler. Listons les arguments : option antisociale qui nuira aux plus pauvres, nouvelle manifestation de rage taxatoire visant les automobilistes « vaches à lait », mesure discriminatoire, non concertée avec les autres Régions, instrument inefficace puisqu’il n’y a pas d’alternatives et que les automobilistes « n’ont d’autre choix que de prendre leur voiture », décision...

    Lire la suite