Photovoltaïque: vos panneaux vont vous coûter plus cher

Le compteur continuera de tourner à l’envers pour la partie «
commodité
» (l’achat de l’électron), mais plus pour l’utilisation du réseau. Là, une distinction sera faite entre injection et prélèvement.
Le compteur continuera de tourner à l’envers pour la partie « commodité » (l’achat de l’électron), mais plus pour l’utilisation du réseau. Là, une distinction sera faite entre injection et prélèvement. - Belga

Fini l’époque où tous les moyens étaient bons pour encourager la pose de panneaux solaires. Les pouvoirs publics se sont rendu compte qu’ils avaient été très (trop) généreux dans le soutien au solaire résidentiel. Et plus de 150.000 ménages francophones en ont profité, majoritairement en Wallonie. Mais la marche arrière est enclenchée. Dans le viseur, depuis un moment: le principe du «compteur qui tourne à l’envers». A Bruxelles comme en Wallonie, un ménage qui détient des panneaux ne contribue pas aux frais de réseau si son installation produit autant que sa consommation personnelle. La charge du réseau se répercute donc plus lourdement sur les « sans panneaux ».

Pourtant, un propriétaire de panneaux utilise ce réseau un peu comme une batterie géante. Il y injecte son surplus de production la journée, quand il n’en a pas besoin, et prélève de l’électricité le soir quand ses panneaux ne produisent plus. Quasi gratuitement.

C’était trop beau. Et cela fait des mois (des années) que les régulateurs énergétiques veulent revoir cet avantage. Cette fois, ça y est. Il faudra payer pour le réseau (et uniquement pour le réseau) un montant proportionnel à l’électricité qu’on y prélève. Sans possibilité de réduire cette somme via un compteur qui tourne à l’envers.

Cette nouvelle méthodologie tarifaire entrera en vigueur dès le 1er janvier 2020 à Bruxelles comme en Wallonie. Même si sa mise en place est nettement plus complexe dans le sud du pays où les ménages ne disposent pas de compteurs permettant de mesurer les prélèvements réels.

Combien cela va-t-il coûter ? Comment faire pour limiter la casse ? Le point sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite