Photovoltaïque: vos panneaux vont vous coûter plus cher

Le compteur continuera de tourner à l’envers pour la partie «
commodité
» (l’achat de l’électron), mais plus pour l’utilisation du réseau. Là, une distinction sera faite entre injection et prélèvement.
Le compteur continuera de tourner à l’envers pour la partie « commodité » (l’achat de l’électron), mais plus pour l’utilisation du réseau. Là, une distinction sera faite entre injection et prélèvement. - Belga

Fini l’époque où tous les moyens étaient bons pour encourager la pose de panneaux solaires. Les pouvoirs publics se sont rendu compte qu’ils avaient été très (trop) généreux dans le soutien au solaire résidentiel. Et plus de 150.000 ménages francophones en ont profité, majoritairement en Wallonie. Mais la marche arrière est enclenchée. Dans le viseur, depuis un moment: le principe du «compteur qui tourne à l’envers». A Bruxelles comme en Wallonie, un ménage qui détient des panneaux ne contribue pas aux frais de réseau si son installation produit autant que sa consommation personnelle. La charge du réseau se répercute donc plus lourdement sur les « sans panneaux ».

Pourtant, un propriétaire de panneaux utilise ce réseau un peu comme une batterie géante. Il y injecte son surplus de production la journée, quand il n’en a pas besoin, et prélève de l’électricité le soir quand ses panneaux ne produisent plus. Quasi gratuitement.

C’était trop beau. Et cela fait des mois (des années) que les régulateurs énergétiques veulent revoir cet avantage. Cette fois, ça y est. Il faudra payer pour le réseau (et uniquement pour le réseau) un montant proportionnel à l’électricité qu’on y prélève. Sans possibilité de réduire cette somme via un compteur qui tourne à l’envers.

Cette nouvelle méthodologie tarifaire entrera en vigueur dès le 1er janvier 2020 à Bruxelles comme en Wallonie. Même si sa mise en place est nettement plus complexe dans le sud du pays où les ménages ne disposent pas de compteurs permettant de mesurer les prélèvements réels.

Combien cela va-t-il coûter ? Comment faire pour limiter la casse ? Le point sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’état de santé de Julian Assange inquiète le Rapporteur de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, qui affirme que «sa vie est désormais en danger».

    L’abandon de l’enquête pour viol contre Assange en Suède ne change pas grand-chose

  2. Vue aérienne de la colonie de Beitar Illit en Cisjordanie.

    Les colonies juives ne sont plus illégales pour les USA: quand Trump s’assied sur le droit international

  3. « Quand je fais des voix de personnages animés, ça me remet en connexion avec mes années étudiant, une très belle période. »

    Dany Boon alias Olaf dans «La Reine des neiges»: «Il y a beaucoup du monde de l’enfance»

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Mesdames, Messieurs, la Commission! Enfin…

    On croyait que les affaires courantes étaient une spécialité belge. Mais depuis un mois, on a découvert que l’Europe nous les enviait au point de les adopter. La Commission von der Leyen, qui devait entrer en fonction le premier novembre dernier, est en effet restée dans les paddocks bruxellois faute d’être au complet.

    Mais ces affaires courantes, qui font déjà mauvais genre chez nous, faisaient carrément tache pour une Union européenne déjà accusée de paralysie quand la Commission est de plein...

    Lire la suite