Première opération assistée par robot à l’UZ Brussel pour un syndrome de Dunbar

Un patient souffrant du syndrome de Dunbar, également connu comme le syndrome du ligament arqué médian, a subi une intervention chirurgicale robotisée pour la première fois, au centre des maladies cardiovasculaires de l’hôpital universitaire de Bruxelles (UZ Brussel). Une opération assistée par un robot se révèle moins invasive pour le patient, entraîne moins de douleurs et promet une récupération plus rapide. L’assistance d’un robot augmente également la précision de l’intervention.

«Une opération assistée par robot est réalisée à l’aide d’un tube de visualisation, là où auparavant une telle intervention nécessitait d’ouvrir le patient et était donc très invasive», explique le professeur Erik Debing, chef du département de chirurgie vasculaire au centre des maladies cardiovasculaires de l’UZ Brussel, aux manettes de l’opération. «Le risque d’infections est considérablement moindre, tandis que la récupération est beaucoup plus rapide, ce qui permet au patient de rentrer chez lui après un ou deux jours contre cinq à sept jours dans le cas où il subit une chirurgie ouverte», poursuit-il.

Une avancée majeure

«Cette nouvelle approche constitue une avancée majeure dans le traitement du syndrome de Dunbar. Il s’agit aussi d’une étape importante dans le développement de l’expertise des interventions assistées par robot à l’UZ Brussel», se réjouit-il.

Le syndrome de Dunbar est une maladie congénitale relativement rare qui touche deux personnes sur 100.000, avec une prévalence quatre fois plus élevée chez les femmes que chez les hommes. Le diagnostic est peu évident et souvent posé après l’exclusion d’autres maladies touchant notamment les intestins, l’estomac et la vésicule biliaire.

Les patients diagnostiqués de la sorte se plaignent de douleurs abdominales sévères «causées par la compression du tronc cœliaque, une branche de l’aorte qui approvisionne en sang oxygéné le foie, l’estomac et la rate», détaille le professeur Debing. Celui-ci souligne que la douleur peut s’aggraver pendant les repas provoquant nausées, vomissements ou diarrhée. Au-delà de ces symptômes, les patients peuvent souffrir de grosse fatigue, d’intolérance aux efforts physiques et même faire l’objet d’une perte de poids importante.

L’opération, qui va permettre de soulager la pression sur le tronc cœliaque, est au jour d’aujourd’hui la seule manière de se libérer du syndrome de Dunbar.

Les robots déjà utilisés

L’UZ Brussel n’en est pas à son premier coup d’essai en matière d’interventions chirurgicales robotisées puisque des robots sont déjà utilisés lors d’opérations dans de nombreux départements dont notamment en gynécologie, en urologie, en chirurgie abdominale et en chirurgie plastique. Cette nouvelle prouesse technique réalisée au centre des maladies cardiovasculaires de l’hôpital universitaire vient donc étendre l’expertise de l’institution bruxelloise en la matière.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite