Première opération assistée par robot à l’UZ Brussel pour un syndrome de Dunbar

Un patient souffrant du syndrome de Dunbar, également connu comme le syndrome du ligament arqué médian, a subi une intervention chirurgicale robotisée pour la première fois, au centre des maladies cardiovasculaires de l’hôpital universitaire de Bruxelles (UZ Brussel). Une opération assistée par un robot se révèle moins invasive pour le patient, entraîne moins de douleurs et promet une récupération plus rapide. L’assistance d’un robot augmente également la précision de l’intervention.

«Une opération assistée par robot est réalisée à l’aide d’un tube de visualisation, là où auparavant une telle intervention nécessitait d’ouvrir le patient et était donc très invasive», explique le professeur Erik Debing, chef du département de chirurgie vasculaire au centre des maladies cardiovasculaires de l’UZ Brussel, aux manettes de l’opération. «Le risque d’infections est considérablement moindre, tandis que la récupération est beaucoup plus rapide, ce qui permet au patient de rentrer chez lui après un ou deux jours contre cinq à sept jours dans le cas où il subit une chirurgie ouverte», poursuit-il.

Une avancée majeure

«Cette nouvelle approche constitue une avancée majeure dans le traitement du syndrome de Dunbar. Il s’agit aussi d’une étape importante dans le développement de l’expertise des interventions assistées par robot à l’UZ Brussel», se réjouit-il.

Le syndrome de Dunbar est une maladie congénitale relativement rare qui touche deux personnes sur 100.000, avec une prévalence quatre fois plus élevée chez les femmes que chez les hommes. Le diagnostic est peu évident et souvent posé après l’exclusion d’autres maladies touchant notamment les intestins, l’estomac et la vésicule biliaire.

Les patients diagnostiqués de la sorte se plaignent de douleurs abdominales sévères «causées par la compression du tronc cœliaque, une branche de l’aorte qui approvisionne en sang oxygéné le foie, l’estomac et la rate», détaille le professeur Debing. Celui-ci souligne que la douleur peut s’aggraver pendant les repas provoquant nausées, vomissements ou diarrhée. Au-delà de ces symptômes, les patients peuvent souffrir de grosse fatigue, d’intolérance aux efforts physiques et même faire l’objet d’une perte de poids importante.

L’opération, qui va permettre de soulager la pression sur le tronc cœliaque, est au jour d’aujourd’hui la seule manière de se libérer du syndrome de Dunbar.

Les robots déjà utilisés

L’UZ Brussel n’en est pas à son premier coup d’essai en matière d’interventions chirurgicales robotisées puisque des robots sont déjà utilisés lors d’opérations dans de nombreux départements dont notamment en gynécologie, en urologie, en chirurgie abdominale et en chirurgie plastique. Cette nouvelle prouesse technique réalisée au centre des maladies cardiovasculaires de l’hôpital universitaire vient donc étendre l’expertise de l’institution bruxelloise en la matière.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite