Jean-Paul Wahl (MR) sur la coalition fédérale: «Il faut sortir des exclusives, sinon ça n’ira jamais»

Jean-Paul Wahl (MR) sur la coalition fédérale: «Il faut sortir des exclusives, sinon ça n’ira jamais»

Ce week-end, quelques personnalités politiques se sont exprimées sur les négociations au niveau fédéral. Pour le PS, Laurette Onkelinx donnait de la voix dans l’Echo : « Un niet absolu ». « Cela ne sert à rien d’essayer. Même de parler. PS et N-VA sont incompatibles », martelait samedi la future présidente du PS bruxellois.

Autre son de cloche du côté de la N-VA. Theo Francken a appelé le PS dimanche à entamer des pourparlers avec la N-VA dans le cadre de la formation du gouvernement fédéral. « Elio Di Rupo et Bart De Wever sont des hommes intelligents. Si vous les mettez ensemble dans une même pièce, il en sortira quelque chose », indiquait-il sur VTM.

Et au MR, qu’en pense-t-on ?

« Les Belges ont voté. Que le résultat plaise ou pas, il y a des forces qui sont démocratiquement élues. Il faut sortir des exclusives, sinon ça n’ira jamais », déclare ce lundi matin Jean-Paul Wahl, président du MR au parlement wallon, au micro de Bel RTL. « Il faut arrêter de dire qu’on ne peut même pas s’asseoir avec quelqu’un d’autre. »

« Nous au MR, nous avons toujours exclu toute possibilité de négociations avec l’extrême gauche et l’extrême droite, avec le Vlaams Belang et le PTB, c’est hors de question en ce qui nous concerne, c’est une question de démocratie. Mais par contre, si l’on veut un gouvernement fédéral, on ne peut plus se permettre une crise de 500 et des jours, c’est impensable. Il faut que nous puissions trouver les solutions. Lorsque j’entends les exclusives des uns et des autres, on en sortira jamais », martèle le député libéral.

Avant de conclure, « j’espère que les formateurs royaux vont arriver à des solutions ».

Invalid Scald ID.

En Wallonie

Les négociations ont débuté en Wallonie. « On entre dans le vif de sujets en espérant d’aboutir le plus vite possible », explique Jean-Paul Wahl. « On a besoin d’un gouvernement le plus rapidement possible parce qu’il y a des mesures à prendre et qui nécessites l’urgence. »

Les élections au sein d’Ecolo ne simplifient sans doute pas les choses, au niveau des négociations. « Nous n’excluons pas le fait qu’ils puissent quitter la table mais la décision appartient à Ecolo. L’élection interne à la coprésidence chez Ecolo risque d’avoir une influence sur les négociations qui vont avoir lieu. Mais le tout est de voir dans quelle mesure ». Pour Jean-Paul Wahl, il faut un gouvernement le plus fort possible, une majorité la plus forte possible pour la Wallonie, mais surtout, un gouvernement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

  3. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite