Medvedev, qui a battu Goffin en finale à Cincinnati: «La récompense de tout le travail que j’ai fourni»

©AFP
©AFP

Daniil Medvedev (ATP 8) a remporté dimanche le plus grand titre de sa carrière, en triomphant au tournoi ATP Masters 1000 sur dur de Cincinnati, doté de 6.056.280 dollars, au détriment de David Goffin (ATP 19). La troisième finale en trois semaines a été la bonne pour le Russe de 23 ans, qui a fait parler sa puissance pour s’imposer 7-6 (7/3) et 6-4 contre le Liégeois.

« C’est dur de trouver les mots. Je suis tellement fatigué que j’ai des difficultés à m’exprimer », a confié le Moscovite après sa victoire. « C’est la récompense de tout le travail que j’ai fourni ces derniers temps. Cela n’aurait pas été cool de perdre trois finales d’affilée, et je suis dès lors très heureux d’avoir gagné. En fait, j’ai commencé à avoir des crampes à 5-3 au deuxième set. C’est la première fois que cela m’est arrivé en trois semaines. Heureusement, j’ai réussi à frapper quatre services gagnants d’affilée (NdlR : à 5-4, 15-40) et c’était incroyable. »

Vainqueur de son deuxième titre de l’année et du sixième de sa carrière, Daniil Medvedev est le nouveau tube de l’été. Le longiligne Russe, qui sert plus vite que son ombre et a terrassé Novak Djokovic (ATP 1), tenant du trophée, en demi-finale, est le joueur qui a gagné le plus de matches – 44 – sur le circuit depuis le 1er janvier, devant Rafael Nadal et Roger Federer. Ce lundi, il fera son entrée dans le Top 5 à l’ATP, tout en se posant en sérieux outsider pour l’US Open.

« C’est une merveilleuse sensation », a-t-il ajouté. « Je veux d’ailleurs remercier ma femme. Elle ne m’accompagne pas toujours sur le circuit, mais chaque fois qu’elle est présente, je joue mieux », a-t-il souri. « Je tiens également à féliciter David, pour sa brillante semaine. J’espère que l’on s’entraînera encore souvent ensemble à Monte Carlo. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Lors de sa dernière apparition en joueuse sur un court, en mai dernier lors du tournoi des légendes à Wimbledon.

    Par Eric Clovio

    ATP - WTA

    Tennis: le second «Kimback», dernier défi de Clijsters

  • Rafael Nadal est en avance d’environ trois ans sur les temps de passage de Roger Federer.

    Par Yves Simon

    Grands Chelems

    Rafael Nadal est parti pour égaler ou dépasser Roger Federer en 2020

  • Toujours touché au coude, Steve Darcis (35 ans) envisage le pire.

    Par Yves Simon

    Tennis

    Steve Darcis: «Je n’ai pas peur de la retraite...»

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite