Classement WTA: Elise Mertens recule au 26e rang, Madison Keys bondit au 10e

©Photonews
©Photonews

À une semaine du début de l’US Open, la dernière levée du Grand Chelem, Elise Mertens poursuit son recul dans la hiérarchie mondiale de joueuses de tennis. La N.1 belge ne figure plus qu’au 26e rang ce lundi dans le nouveau classement révélé par la WTA.

Depuis son huitième de finale à Wimbledon, Mertens a signé trois performances décevantes sur ciment : à San José, Toronto et Cincinnati où elle n’a pas réussi à aligner deux victoires. Elle a cédé trois places cette semaine conséquence de son élimination en seizièmes de finale dans l’Ohio où elle avait joué les quarts il y a douze mois. Elle a perdu 130 points et n’a plus été classée aussi loin depuis le 15 janvier 2018 (37e).

Naomi Osaka a conservé la place de N.1 qu’elle a retrouvée la semaine précédente. Toutefois, la Japonaise a vu son avance se réduire de 161 à 105 points sur l’Australienne Ashleigh Barty qui a manqué l’occasion de retrouver le trône en se laissant surprendre en demi-finale à Cincinnati par la Russe Svetlana Kuznetsova. Celle-ci est la grande gagnante de la semaine. L’ancienne N.2 (en septembre 2007), âgée de 34 ans, a profité de sa finale (perdue). Elle réalise un gain de 91 places et se voit propulsée de la 153e à la 62e place.

L’autre grande bénéficiaire est Madison Keys. La lauréate de Cincinnati retrouve le Top 10, à la 10e place. L’Américaine de 24 ans progresse de 8 places et se rapproche de son meilleur classement absolu (7e en octobre 2016).

Kiki Bertens quitte le Top 5 et se retrouve 7e (-2). La Néerlandaise échange son rang avec l’Ukrainienne Elina Svitolina 5e (+2).

Alison Van Uytvanck demeure la N.2 belge à la 66e place (-3). Elle est la seule autre de nos compatriotes à figurer dans le Top 100. Kirsten Flipkens est 109e (-2), Ysaline Bonaventure 114e (-3), Greet Minnen 120e (statu-quo) et Yanina Wickmayer 162e (-3).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite