Italie: le randonneur Simon Gautier serait mort peu après sa chute suite à de graves blessures aux jambes

Italie: le randonneur Simon Gautier serait mort peu après sa chute suite à de graves blessures aux jambes

Le randonneur français Simon Gautier serait mort peu après sa chute dans un ravin du sud de l’Italie, selon une source au sein de la gendarmerie italienne, qui a procédé lundi à une première analyse de son corps.

« La mort a suivi de peu son appel (au secours, à 8h57). A 10h, il était probablement déjà mort », a souligné cette source à des journalistes. Le corps du randonneur présentait de graves blessures aux jambes, mais sa tête ne semblait pas avoir été touchée, a-t-on précisé de même source.

Selon la préfecture de Salerne, citée par BFMTV, les secouristes ont établi que Simon avait fait une première chute importante puis une seconde, sur des dizaines de mètres. Le médecin légiste a pu relever de graves blessures aux jambes et plusieurs artères sectionnées. Le randonneur aurait donc perdu beaucoup de sang entraînant une mort rapide après sa chute.

Le père de Simon, qui a participé aux recherches avec sa mère et d’autres proches du jeune homme, a reconnu le corps à l’hôpital de Sapri.

Des membres des secours alpins avaient veillé toute la nuit le corps retrouvé dimanche soir après neuf jours de recherche. Les délicates opérations pour le remonter ont duré toute la matinée.

Dans cette zone escarpée où les falaises plongent dans la mer, sur la commune de San Giovanni a Piro, à près de 200 km au sud de Naples, les secouristes ont placé le corps sur une civière et l’ont fait descendre en rappel jusqu’à une petite plage en contrebas.

De là, une vedette des garde-côtes l’a récupéré et emmené au port de Policastro Bussentino.

Sportif et organisé, Simon Gautier vivait depuis deux ans à Rome pour rédiger une thèse en histoire de l’art.

Il était parti le jeudi 8 août, avec de l’eau et des vivres, pour plusieurs jours de randonnée en solitaire le long de la côte, mais avait appelé à l’aide le lendemain matin en expliquant s’être cassé les deux jambes en tombant d’une falaise.

Malheureusement, il n’a pas pu dire où il se trouvait. « Au milieu de nulle part, sur la côte ». Il n’a pas été possible de localiser son téléphone et il n’a pas répondu aux appels successifs des secours. « Il a probablement perdu connaissance et laissé tomber son téléphone », a souligné cette même source au sein de la gendarmerie.

« On pouvait faire plus »

C’est seulement après une forte mobilisation de ses proches et des appels dans les médias que des témoignages ont permis de restreindre la vaste zone de recherche et que des renforts expérimentés sont arrivés sur place.

« Il y a eu des erreurs du début à la fin, depuis le moment où la machine des secours s’est mise en marche », ont dénoncé des amis du jeune homme à des médias italiens. « On pouvait faire plus et surtout, les efforts qui ont été faits ces derniers jours auraient dû être faits dès le 9 août ».

> Randonneur décédé en Italie : « Il y a eu des erreurs du début à la fin », dénoncent les amis de Simon Gautier

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a pour sa part remercié dimanche soir les autorités italiennes « qui se sont mobilisées pour le retrouver », tout en exprimant sa « tristesse ».

Samedi, la préfecture de Salerne avait assuré dans un communiqué que tout avait été fait dès l’appel à l’aide pour localiser le jeune homme puis tenter de le retrouver, dans une vaste zone escarpée qui s’étendait au départ sur 140 km2.

D’abord peu nombreux, les spécialistes (pompiers, secours alpins, équipes cynophiles) étaient une centaine à pied d’œuvre dimanche, neuf jours après la disparition de Simon Gautier, avec un hélicoptère et des drones, ainsi que l’aide d’habitants des environs.

C’est finalement avec une paire de jumelles qu’un membre des secours alpins a repéré un sac en plastique blanc.

Dépêchée sur place, une équipe a découvert en contrebas le sac à dos du jeune homme, puis son corps sans vie.

« Comme vous pouvez l’imaginer, nous sommes tous épuisés, tant physiquement que psychologiquement », a réagi sur les réseaux sociaux une amie du jeune homme, à propos de la vingtaine de proches accourus pour arpenter les sentiers à sa recherche, pendant plusieurs jours sous un soleil de plomb.

Une cagnotte ouverte dimanche sur internet pour soutenir financièrement ceux d’entre eux à court de ressources a récolté plus de 8.700 euros.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite