Accueil Culture Musiques

Bayreuth: un Tannhäuser résolument anarchiste

Le propos de Tobias Kratzer est rigoureux au regard de la vie de Wagner. Le résultat visuel n’en reste pas moins souvent incongru, vulgaire et déplacé face à une interprétation musicale mémorable.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Fondé par Richard Wagner lui-même, le Festival de Bayreuth se veut, depuis sa renaissance après la Seconde Guerre mondiale, le laboratoire des œuvres du compositeur. On teste des visions nouvelles, on utilise les technologies les plus avancées. Et il n’est pas rare que des lectures vigoureusement chahutées à l’origine, tel le Ring de Patrice Chéreau, deviennent avec le temps de nouvelles références. La production de Tobias Kratzer de Tannhäuser connaîtra-t-elle un tel sort ? Le débat est ouvert.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs