Après Cincinnati, Andy Murray à nouveau battu au premier tour à Winston-Salem

©Photonews
©Photonews

Andy Murray, qui tente de revenir sur le circuit en simple après le placement d’une prothèse de la hanche en janvier, s’est incliné pour la deuxième fois dès le premier tour. Lundi, au tournoi ATP250 sur surface dure de Winston-Salem, l’ancien N.1 mondial a été dominé par l’Américain Tennys Sandgren. Il avait déjà perdu la semaine précédente à l’occasion de son retour sur le circuit au Masters de Cincinnati face à Richard Gasquet.

Le Britannique âgé de 32 ans, retombé à la 329e place mondiale, a bien résisté toutefois montré de meilleures choses face au 73e mondial que contre le Français dans l’Ohio : il ne s’est incliné que 7-6 (10/8), 7-5 après un duel de 2h10.

« Certaines choses ont été un peu meilleures. J’ai frappé la balle un peu plus proprement. J’ai l’impression que je me suis déplacé plutôt bien pour aller chercher les amorties, ce que je n’avais peut-être pas fait la semaine dernière », a résumé l’Écossais, battu au premier tour à Cincinnati 6-4, 6-4. « Physiquement, ça va. Aucune douleur, aucun inconfort. Juste un peu plus fatigué que d’habitude ».

Murray a d’ores et déjà indiqué qu’il ne jouerait pas à l’US Open à partir du 26 août, se sentant incapable de tenir la distance des cinq sets. Ni en simple, ni en double d’ailleurs, lui qui avait pourtant préparé son retour en s’alignant depuis juin en double sur plusieurs tournois.

L’Écossais avait laissé entendre après son opération en janvier que sa carrière était terminée. Il a évoqué la possibilité qu’il aille jouer sur le circuit Challenger pour retrouver des sensations : « Peut-être que j’ai besoin de jouer à un niveau plus bas, avoir des matchs pour développer mon jeu un peu avant de revenir sur le circuit principal », a-t-il confié.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Lors de sa dernière apparition en joueuse sur un court, en mai dernier lors du tournoi des légendes à Wimbledon.

    Par Eric Clovio

    ATP - WTA

    Tennis: le second «Kimback», dernier défi de Clijsters

  • Rafael Nadal est en avance d’environ trois ans sur les temps de passage de Roger Federer.

    Par Yves Simon

    Grands Chelems

    Rafael Nadal est parti pour égaler ou dépasser Roger Federer en 2020

  • Toujours touché au coude, Steve Darcis (35 ans) envisage le pire.

    Par Yves Simon

    Tennis

    Steve Darcis: «Je n’ai pas peur de la retraite...»

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite