Rallye d’Allemagne: Thierry Neuville conscient qu’il devra prendre «plus de risques que d’habitude»

©Photonews
©Photonews

Le Rallye d’Allemagne, 10e des 15 rendez-vous du championnat du monde des rallyes WRC, déroule ses fastes de jeudi à dimanche. Un rendez-vous presque à domicile pour Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul et l’un des plus compliqués de la saison peut-être par la nature des 19 spéciales au programme. Le pilote Huyndai, troisième du classement des pilotes, à 25 points de l’Estonien Ott Tänak (Toyota Yaris) et à trois points du Français Sébastien Ogier (Citröen), promet d’attaquer dès les premiers mètres.

Le Rallye débutera jeudi par une super-spéciale à St-Wendeler Land (5,4km). Suivront samedi deux boucles d’abord de trois spéciales étroites et parsemées d’épingles au cœur des vignobles de Trêves, avec ensuite notamment deux super-spéciales très piégeuses à Wadern-Weiskirchen, cela fera 14 spéciales au programme. Samedi en effet, Baumholder et Panzerplatte réserveront près de cent kilomètres chronométrés sur les pistes d’entraînement militaire aux différentes surfaces.

Grafschaft (29,07 km) fera son retour à l’occasion de deux passages surplombant la Moselle dimanche (4 spéciales au programme). Ce sont 344,04 km qui sont au programme au total avec une arrivée prévue au terme de la Power Stage de Bosenberg.

« Tout donner dès le début »

Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul compteront sur le soutien traditionnel de nombreux supporters belges. « Cela nous donne un fameux boost, mais nous devons en faire abstraction aussi et rester dans notre bulle pour être le plus performant possible », a expliqué le pilote germanophone qui apprécie le Rallye d’Allemagne avec quatre podiums sur les six dernières éditions et une victoire en 2014. Deuxième l’an dernier, le Belge sait aussi que tout peut déraper très vite comme en 2017 avec une sortie de route et une suspension brisée. « C’est un rallye qui demande beaucoup de concentration, parce que l’adhérence change tout le temps, comme les conditions météos et il est très difficile de choisir les bons pneus ».

Thierry Neuville s’attend aussi à ce que Ott Tänak, autoritaire leader du championnat du monde, soit le plus rapide sur les routes allemandes. « C’est pour ça que nous allons tout donner dès le début », a promis Neuville, papa depuis le début du mois de juillet d’une petite fille, Camille. « Nous savons aussi que nous allons devoir prendre plus de risques que d’habitude, sinon il ne sera pas possible de suivre Tänak. Il dispose de la voiture la plus performante pour le moment. Ogier est aussi très compétitif. »

Trois pilotes peuvent encore raisonnablement conquérir le titre mondial qui avait échappé à Thierry Neuville l’an dernier, alors qu’il reste cinq rallyes à disputer. L’an dernier, c’est le pilote belge qui avait 21 unités d’avance avant le Rallye d’Allemagne, sur Ogier, champion du monde en titre, et 46 sur Tanak. Aujourd’hui les rôles sont inversés.

« Il faudra compter avec la fiabilité de la voiture et se montrer le plus régulier possible. Il y a encore pas mal de rallyes à disputer, dont celui en Turquie, très cassant. Et Toyota y est moins à l’aise. Si l’on est encore à trois avant le dernier Rallye en Australie, cela va encore être un jeu de poker avec l’ordre de départ et l’état de la route. En Allemagne, peu importe si Sorodo ou Meeke gagne le Rallye, l’important sera d’être devant Tänak et Ogier. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Jean-Marc Fortin a été surpris par Fernando Alonso qui approche le rallye-raid comme la F1.

    Par DOMINIQUE DRICOT

    Moteurs

    Jean-Marc Fortin: «Fernando Alonso est un professionnel hors-norme»

  • En se mettant tout seul hors de la route, Thierry Neuville a perdu une occasion en or de se relancer dans la chasse aux lauriers. @News

    Par Thierry Wilmotte et Envoyé spécial à Marmaris, Thierry Wilmotte

    Rallye

    Thierry Neuville n’a plus vraiment son sort entre les mains

  • @News

    Par Thierry Wilmotte

    Rallye

    Les dieux du ciel turcs étaient avec Neuville

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite