Brexit: Johnson ne propose pas d’alternative concrète au «backstop», selon la Commission européenne

Brexit: Johnson ne propose pas d’alternative concrète au «backstop», selon la Commission européenne

La Commission européenne a regretté mardi que le Premier ministre britannique Boris Johnson ne propose pas d’alternative concrète au «backstop», la disposition controversée sur l’Irlande dans l’accord de Brexit, dans une lettre aux responsables de l’UE.

Dans ce courrier rendu publique lundi, M. Johnson, qui affirme vouloir quitter l’UE le 31 octobre avec ou sans accord, évoque des «arrangements» pour remplacer ce dispositif. Mais cette lettre «ne propose pas de solution opérationnelle légale pour prévenir le retour d’une frontière dure sur l’île d’Irlande», a jugé une porte-parole de la Commission, Natasha Bertaud.

Le «backstop» est une clause de dernier recours qui prévoit que, faute de meilleure solution à l’issue d’une période transitoire, et pour éviter le retour d’une frontière entre la province britannique d’Irlande du Nord et la République d’Irlande, le Royaume-Uni tout entier reste dans un «territoire douanier unique» avec l’UE.

Dans sa lettre, le successeur de Theresa May estime que ce dispositif est «antidémocratique et porte atteinte à la souveraineté de l’Etat britannique». En outre, cela l’empêcherait de mener une politique commerciale indépendante des règles de l’UE, relève-t-il.

>Brexit: le Royaume-Uni stoppera «immédiatement» la libre circulation des personnes en cas de no deal

« Plus haute priorité »

«Le backstop est une assurance pour éviter une frontière dure sur l’île d’Irlande tant qu’une solution de rechange n’est pas trouvée», a pour sa part fait valoir le président du Conseil européen, Donald Tusk, le destinataire de la lettre, dont le président de la Commission Jean-Claude Juncker est en copie.

«Ceux qui sont contre le backstop et qui ne proposent pas d’alternatives réalistes sont en réalité favorables au rétablissement d’une frontière. Même s’ils ne l’admettent pas», a-t-il rétorqué, sans nommer directement le Premier ministre britannique.

La porte-parole de la Commission a cependant salué mardi l’engagement de gouvernement britannique en faveur d’un «retrait ordonné» de l’UE.

Boris Johnson affirme dans sa lettre que son «gouvernement travaillera avec énergie et détermination à trouver un accord, c’est notre plus haute priorité».

L’accord de divorce que l’UE refuse de renégocier a été rejeté à trois reprises par les députés britanniques. Une sortie sans accord serait lourde de conséquences pour l’économie du Royaume-Uni.

>Boris Johnson sur le Brexit: «Quitter l’Union européenne est une énorme opportunité économique»

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite