Euro de hockey: les Red Lions premiers de leur groupe après le partage entre l’Espagne et l’Angleterre

©Belga
©Belga

En partageant l’enjeu 2-2 avec l’Angleterre dans son 3e et dernier match du groupe A, l’Espagne a offert la première place du groupe aux Red Lions et a pris une grosse option sur les demi-finales de l’Euro de hockey messieurs, mardi à Anvers. En terminant la phase de poules avec 4 unités, les Espagnols ont pratiquement assuré leur 2e place à moins que les Red Lions ne s’inclinent lourdement devant le pays de Galles (20h30).

L’Angleterre avait pris l’avance par Sam Ward en première mi-temps (21e), mais a vu l’Espagne égaliser puis prendre l’avance durant la deuxième période. Pau Quemada a d’abord marqué depuis la ’base line’ (33e), avant que Diego Arana ne reprenne d’un smash un centre pourtant entaché d’un jeu dangereux (43e). Xavi Lleonart se payait ensuite le luxe de manquer un penalty stroke, causant certaines frayeurs à son équipe après le but égalisateur de Ashley Jackson sur pc en fin de match (52e), mais le score n’évoluait plus.

Avant même de jouer leur dernière rencontre, les Red Lions, invaincus et qualifiés pour le dernier carré depuis dimanche et leur succès 2-0 sur l’Angleterre, sont assurés de terminer premiers du groupe A, avec 6 points. En demi-finale, ils affronteront le deuxième du groupe B. Ce sera vraisemblablement l’Allemagne (3 pts), deuxième derrière les Pays-Bas (6 pts) alors qu’il leur reste un match à jouer. Les Allemands sont opposés aux Irlandais (1 point), qui pourraient leur passer devant en cas de victoire.

L’Espagne est deuxième avec 4 unités, tandis que l’Angleterre (2 pts), 4e de la dernière Coupe du monde et de la première édition de la Pro League, est très proche d’être versée dans une poule C pour le maintien en compagnie du pays de Galles (1 pt). Seul une très large défaite des Red Lions contre les Gallois pourrait bouleverser ce scénario.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite