Crise politique en Italie: le Premier ministre Conte annonce la fin du gouvernement

Matteo Salvini et Giuseppe Conte
Matteo Salvini et Giuseppe Conte - AFP

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a annoncé mardi sa démission et la fin du premier gouvernement populiste, accusant le chef de la Ligue Matteo Salvini, d’avoir été « irresponsable » en faisant éclater la coalition au pouvoir le 8 août.

Dans un discours solennel au Sénat, M. Conte a tancé son ministre de l’Intérieur, estimant qu’il n’a fait que « poursuivre ses propres intérêts et ceux de son parti » en cherchant à capitaliser sur des sondages qui les créditaient d’une ample majorité au parlement, dans le sillage de leur score record aux Européennes (34 %).

« Faire voter les citoyens est l’essence de la démocratie mais leur demander de voter tous les ans est irresponsable », a lancé M. Conte. « Le pays a un besoin urgent que soient adoptées des mesures pour favoriser la croissance économique et les investissements ».

« De graves risques pour notre pays »

« J’interromps ici cette expérience de gouvernement. J’entends conclure ce passage institutionnel de façon cohérente. J’irai voir le président de la République pour lui présenter ma démission », a déclaré M. Conte, en soulignant qu’auparavant il écouterait le débat prévu pour durer 3h45.

Dans son discours à charge contre M. Salvini, M. Conte a accusé le vice-Premier ministre d’avoir fait « courir de graves risques à notre pays » et évoqué le danger d’une spirale économique négative pour la troisième économie de la zone euro.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Féru, dit-il, de mythes et d’histoires anciennes, François Fornieri se doit de pouvoir réciter celle de Crésus...

    Nethys: avis de tempête pour le flamboyant Fornieri

  2. «
Que le ministre des Pouvoirs locaux demande des clarifications, c’est normal. Et fuir le conseil d’administration comme le CDH et Ecolo, je ne crois pas que c’est une bonne attitude.
» © Pierre-Yves Thienpont.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «A propos de Nethys, je demande la transparence, la vérité»

  3. Le mouvement pour le climat a réussi à mobiliser au-delà des espérances.

    La mobilisation pour le climat est toujours vive

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite