Vacances: ce que vous n’avez pas le droit de ramener de la plage (vidéo)

En fonction de votre destination, certains «
souvenirs
» peuvent vous coûter cher.
En fonction de votre destination, certains « souvenirs » peuvent vous coûter cher. - DR

Durant les vacances, les touristes pensent généralement à ramener des souvenirs de leur séjour. Si le geste part généralement d’une bonne intention, il peut s’avérer salé pour les vacanciers un peu trop gourmands de sable, coquillages et crustacés. Le Corriere della sera rapporte que le couple de vacanciers français, ayant empaqueté 40kg de sable blanc, a été arrêté à la douane italienne. Le sable blanc de Sardaigne est considéré comme un bien d’utilité publique. En voler, surtout en grande quantité, est considéré comme un délit.

Des sanctions…

A la côte belge, certains coquillages ne peuvent pas être ramassés. Il faut faire la distinction entre les coquillages morts, donc vides, qui peuvent être ramassés et les coquillages vivants. A Ostende, par exemple, le ramassage de coquillages vivants peut vous coûter jusqu’à 250 euros en cas de grosse fraude.

En France, la récolte de sable et de galets est interdite. Le Code de l’Environnement estime qu’il s’agit d’une atteinte au « domaine public maritime ». Dans la pratique, il est vrai que les autorités acceptent que des petites quantités de sable ou de galets soient collectées. Par contre, si de grandes quantités sont ramassées dans un but commercial, les amendes peuvent grimper jusqu’à 1500 euros.

Aux Seychelles, ou encore à l’île Maurice, la collecte de sable est interdite. Aux Galapagos, les sanctions peuvent aller jusqu’à des peines de prison.

… Pour mieux protéger la nature

Si ces sanctions existent, c’est non seulement pour éviter des reventes illégales, et souvent hors de prix, de ces souvenirs « naturels » mais également pour préserver la biodiversité des plages et d’autres milieux naturels. Comme l’expliquait Thierry Backeljau, chercheur à l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, à nos confrères de la RTBF : « Notre Côte est déjà fort impactée par toutes les pressions humaines donc il est clair qu’il faut essayer de garder la nature le plus possible en son état naturel. »

Par exemple, en Crète, il existe une plage de sable rose. Il s’agit de la plage d’Elafonisi. En réalité, cette couleur atypique provient des coquilles de mollusques qui, lorsqu’elles se désagrègent, se mélangent avec le sable. Convoitée par les touristes pour sa beauté et la couleur de son sable, la plage grecque est lourdement surveillée par les autorités de l’île. Les sacs des touristes sont automatiquement vidés s’ils tentent de repartir avec cet or rose.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise un gouvernement bruxellois en pré-campagne électorale

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite