Le Premier ministre Conte démissionne en Italie: «Salvini a fait courir de graves risques au pays»

Matteo Salvini réagit au discours de Giuseppe Conte
Matteo Salvini réagit au discours de Giuseppe Conte - Reuters

Le Premier ministre Giuseppe Conte a mis fin au premier gouvernement populiste italien mardi en annonçant sa démission, après avoir accusé l’homme fort de l’exécutif, le leader d’extrême droite Matteo Salvini, d’avoir été « irresponsable » en déclenchant une crise politique.

« J’interromps ici cette expérience de gouvernement. J’entends conclure ce passage institutionnel de façon cohérente. J’irai voir le président de la République pour lui présenter ma démission », a déclaré M. Conte, en soulignant qu’auparavant il écouterait le débat prévu pour durer près de quatre heures au Sénat.

Avant son annonce, le Premier ministre a lancé un virulent réquisitoire à l’adresse du chef de la Ligue Matteo Salvini, qu’il a fustigé pour n’avoir fait que « poursuivre ses propres intérêts et ceux de son parti », en faisant éclater la coalition formée 14 mois plus tôt avec le Mouvement 5 Etoiles (M5S, anti-système).

« Faire voter les citoyens est l’essence de la démocratie mais leur demander de voter tous les ans est irresponsable », a lancé M. Conte, à propos des pressions de son vice-Premier ministre pour obtenir des élections immédiates, afin de capitaliser sur des sondages très favorables (36 à 38 % des voix pour la Ligue, plus de 50 % en cas d’alliance avec la droite traditionnelle).

« Faire courir de graves risques »

Dans son discours à charge contre M. Salvini, M. Conte a accusé le ministre de l’Intérieur de faire « courir de graves risques au pays » et évoqué le danger d’une spirale économique négative pour la troisième économie de la zone euro.

M. Conte a souligné « le besoin urgent que soient adoptées des mesures pour favoriser la croissance économique et les investissements », face à une conjoncture mondiale difficile et rappelé les importants rendez-vous européens qui attendent l’Italie, dont le choix de son commissaire européen.

Le chef du gouvernement a aussi dénoncé l’appel de M. Salvini à ce qu’on lui donne « les pleins pouvoirs », une expression rappelant l’expérience du dictateur fasciste Mussolini, et se disant également « préoccupé » de voir le leader des souverainistes appeler ses partisans à « descendre dans la rue » pour le soutenir.

Dans sa réplique, Matteo Salvini, invoquant « la protection du cœur immaculé de Marie », a assuré qu’il « referait exactement la même chose » et s’en est pris à ses ex-alliés du M5S.

« Si ce gouvernement s’interrompt, c’est à cause de ces messieurs qui disent toujours non et bloquent tout », a-t-il dit, en accusant aussi les autres parlementaires d’« avoir peur du jugement du peuple » et de retourner au vote.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

  3. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite