Climat: mangerons-nous bientôt des sardines et du thon provenant de la Mer du Nord?

Climat: mangerons-nous bientôt des sardines et du thon provenant de la Mer du Nord?

Des sortes inhabituelles de poissons apparaissent en Mer du Nord en raison du réchauffement climatique. Lors d’un sommet consacré à la pêche organisé à Magdeburg (Allemagne), le président d’une association sectorielle allemande Uwe Richter a avancé que du thon ou des sardines pourraient prochainement être pêchés commercialement en Mer du Nord, à condition que les stocks de poissons suivent.

Au-delà des défis qui s’imposent au secteur de la pêche, il y a également des occasions, note M. Richter. Les eaux gagnant en température, les espèces se déplacent.

Se déporter vers le nord

Le biologiste marin Jan Seys de l’Institut flamand pour la Mer confirme que le réchauffement climatique a des répercussions sur les ressources halieutiques. « Les animaux recherchent la température optimale pour eux. C’est donc logique que certains poissons se déportent vers le nord. » Mais la situation est complexe : par exemple, les bébés homards, qui sont de la nourriture pour les jeunes cabillauds, sont déjà montés de 1.000 kilomètres vers le nord, alors que le cabillaud ne suit pas. « Il y a là un problème de synchronisation », selon M. Seys.

Jan Seys estime toutefois qu’à court terme, on ne pêchera pas de sardines et du thon dans nos contrées. « Les sardines se retrouvent déjà en effet en Mer du Nord lors des périodes chaudes, mais il n’est certainement pas possible aujourd’hui d’en pêcher de manière commerciale. En ce qui concerne le thon, le changement climatique joue un moindre rôle. Le thon rouge de l’Atlantique souffre de la surpêche. Bien qu’il y ait des signaux d’espoir, l’espèce reste fragile. Il n’y a donc vraiment aucune perspective de pêche commerciale. »

Des problèmes diplomatiques entre pays

Le biologiste fait encore remarquer que les changements peuvent également entraîner des problèmes diplomatiques entre pays. Les droits de pêche sont en effet liés à des zones déterminées, qui ne se déplacent pas avec les espèces. « Par le passé, il y a presque eu une guerre autour de la pêche au maquereau par exemple. » À cet égard, l’approche du Brexit est une source majeure de préoccupation pour le secteur.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite