D1B: l’Union «particulièrement inquiète» du précédent créé par le départ de Faïz Selemani à Courtrai (vidéo)

D1B: l’Union «particulièrement inquiète» du précédent créé par le départ de Faïz Selemani à Courtrai (vidéo)
Isopix

L’Union Saint-Gilloise se dit « particulièrement inquiète » du précédent créé par le transfert annoncé lundi du Comorien Faïz Selemani à Courtrai. « La bombe que le KV Kortrijk a délibérément placée sous le système de transferts est du jamais-vu », a affirmé le club bruxellois dans virulent communiqué publié mardi.

Lundi, Courtrai a annoncé l’arrivée de Faïz Selemani. Dans la foulée, l’Union Saint-Gilloise a fait part de sa stupéfaction concernant le communiqué de Courtrai et annoncé « étudier les suites à donner auprès de la Pro League, l’URBSFA et la FIFA ».

Mardi, la RUSG est revenue à la charge dénonçant « une attaque directe et incompréhensible du KV Kortrijk à l’encontre de notre système de transferts ».

Selon le récit de l’Union, Selemani, lié par contrat jusqu’en juin 2021 avec une option jusqu’en juin 2022, a annoncé personnellement en mai aux médias qu’il allait quitter le club.

Seul Courtrai a envoyé une offre qualifiée d’« irréaliste » par la RUSG et donc refusée. « Suite à cela, le joueur a été contacté personnellement par le management du KVK, sous l’autorité de son président Joseph Allijns, bien connu comme censeur du football belge, occupant de surcroît une position de dirigeant de la Pro League et de l’URBSFA », affirme l’Union. « Il a été reconnu, par le joueur comme par le club de Courtrai, qu’il y avait eu un contact direct avec le management et l’entraîneur du club flandrien. »

La situation est alors devenue tendue entre le joueur et son employeur. Selon l’Union, Selemani a prétendu souffrir d’une blessure et donc ne plus pouvoir s’entraîner avec le groupe, tout en exigeant son transfert. Il a ensuite exigé de reprendre l’entraînement en ne respectant pas le protocole médical suite à une blessure

« Le joueur est alors venu au complexe d’entraînement avec un seul but : saboter l’entraînement collectif. Face à ce triste constat et devant la promesse de sa part que cela se reproduirait le lendemain, notre Club n’eut aucune autre solution que de placer son joueur dans le noyau B. »

Un rendez-vous avait été convenu le lendemain matin avec le CEO au siège du club, poursuit le communiqué. « Le joueur brillait par son absence à ce rendez-vous, mais était néanmoins présent au centre d’entraînement dans le même état d’esprit que la veille. Des agents de sécurité, et par la suite la police, ont dû intervenir afin de ramener le calme au centre d’entraînement Unioniste. La même matinée, l’agent de Faïz Selemani envoyait un courrier recommandé demandant de mettre fin contrat de travail de son client. Les raisons invoquées, à charge du Club, sont le placement du joueur dans le noyau B et l’interdiction de s’entraîner avec le groupe. » Des faits que le club contestera devant les tribunaux.

Pour l’Union, il « est clair que ’la faute grave’ a été créée de toute pièce par le joueur et son entourage afin de réaliser un transfert sans accord au niveau des clubs, vers le club de son choix. »

L’Union Saint-Gilloise se dit « perplexe face à ces événements, non-seulement devant les agissements des parties concernées, mais également devant la manière de contourner les règles en faisant un usage abusif de la ’Loi de 1978’», qui permet à un joueur de résilier unilatéralement son contrat de travail de sportif rémunéré en payant à son club le salaire qu’il aurait dû toucher jusqu’au terme de son contrat.

« La Royale Union Saint-Gilloise se tourne en première instance vers l’URBSFA et la Pro League. Des règles claires existent dans « un code de conduite » qui n’accepte pas les dérives de la Loi de 1978, même si nous savons tous que certains dirigeants n’ont aucun scrupule à enfreindre ce code… », conclut le communiqué.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite