Accueil Économie Entreprises

La CNE incite le personnel de Ryanair à ne pas éviter la grève au Portugal

Portugal, Irlande, France, Grande-Bretagne et, surtout, Espagne : les mouvements sociaux dans l’aérien annoncent une rentrée tendue.

Temps de lecture: 2 min

La CNE a écrit une lettre à ses membres qui travaillent dans les bases de Ryanair en Belgique pour leur demander de ne pas aider la compagnie irlandaise à contrecarrer la grève du personnel de cabine au Portugal. « Nous n’appelons pas à la grève », insiste Didier Lebbe (CNE) « mais nous demandons que le personnel n’aide pas à ruiner les effets de la grève. Une grève dans une entreprise comme Ryanair ne peut fonctionner que si elle a un impact européen, visible. Si la grève n’est soutenue qu’à un seul endroit, Ryanair trouvera toujours quelqu’un dans un autre pays pour en limiter les effets. Nous savons qu’ils veulent organiser des vols pour conduire du personnel de Belgique vers Eindhoven et Francfort puis, de là, organiser les vols prévus au Portugal. »

À lire aussi Aérien: des menaces de grèves annoncent des retours de vacances tendus

Pour rappel, Ryanair dispose à ce jour de personnel excédentaire, prévu pour des Boeing qui ne sont pas encore arrivés (les fameux B737 Max), et ne doit donc pas avoir beaucoup de mal à trouver du personnel de remplacement s’il n’est pas « conscientisé » au niveau européen, analyse le syndicat belge.

Salaires et pensions

Pour l’instant, l’appel à la solidarité lancé par le syndicat belge ne concerne que les grèves prévues au Portugal par le syndicat SNPVAC du 21 au 25 août. D’autres mouvements sont également prévus mais par les pilotes, cette fois, en Irlande et en Grande-Bretagne. Aucun mot d’ordre et appel à la solidarité européenne n’est actuellement lancé vers les pilotes qui travaillent depuis les bases belges de Charleroi et Bruxelles. Leurs revendications portent sur le niveau salarial et les pensions, notamment. « La CNE sera toujours solidaire avec les autres syndicats européens contre Ryanair dans des revendications légitimes, tant que la compagnie n’a pas effectivement reconnu les droits locaux des différentes bases à travers l’Europe que nous attendons depuis plus d’un an », assure Didier Lebbe.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière