La Banque mondiale avertit sur la pollution de l’eau, «une crise invisible»

La Banque mondiale avertit sur la pollution de l’eau, «une crise invisible»

La qualité de l’eau, polluée par les nitrates, les métaux lourds et les microplastiques, est devenue «une crise invisible» qui touche pays riches comme pays pauvres, s’alarme la Banque mondiale dans un rapport publié mardi.

Cette mauvaise qualité de l’eau peut coûter jusqu’à un tiers de la croissance économique potentielle dans les régions les plus touchées, affirme l’institution de développement.

Prendre des mesures urgentes

Son président, David Malpass a appelé les gouvernements «à prendre des mesures urgentes pour s’attaquer à la pollution de l’eau afin que les pays puissent croître plus vite d’une façon plus durable et équitable».

Pays riches comme pays pauvres subissent de hauts niveaux de pollution de l’eau, rappelle le rapport publié mardi, intitulé «Qualité inconnue »: «Il est clair que le statut de pays à haut revenu n’immunise pas contre des problèmes de qualité de l’eau».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous