Crise en Italie: les consultations démarrent pour former une nouvelle coalition gouvernementale

Le président italien rencontre Giuseppe Conte le 20 août, jour de la démission du Premier ministre.
Le président italien rencontre Giuseppe Conte le 20 août, jour de la démission du Premier ministre. - EPA

La classe politique italienne défilera à compter de mercredi au palais du Quirinal, résidence officielle du président Sergio Mattarella, où diverses formations proposeront la constitution d’un nouveau gouvernement après la fin de la coalition Ligue-Mouvement 5 Etoiles.

Rendez-vous est pris pour 16h (14hGMT), quand le président, qui dans le système parlementaire italien détient les clefs pour le dénouement de la crise, initiera ses traditionnelles «consultations» par un appel téléphonique à son prédécesseur Giorgio Napolitano, 94 ans (mai 2006 à janvier 2015).

Ensuite, il recevra, sur deux jours, les présidents du Sénat et de la Chambre des députés puis tous les groupes parlementaires, en terminant jeudi par le plus important numériquement, celui du M5S, fort de sa victoire aux législatives de 2018 avec plus de 32% des voix.

Car, peu importe si aujourd’hui le chef de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini, représente théoriquement dans les sondages 36 à 38% des voix et le M5S seulement 15 ou 16%. Au Parlement, ses sièges ne valent que pour les 17% recueillis à l’époque.

« Irresponsable »

Qualifié d’«irresponsable» et d’«opportuniste» mardi au Sénat par le Premier ministre sortant Giuseppe Conte, M. Salvini a maintenu sa ligne: il réclamera au président «la voie royale» du retour aux urnes car «en démocratie la chose la plus belle, c’est voter».

M. Salvini a plongé l’Italie dans la crise le 8 août en rompant, sans crier gare, un mariage mal assorti conclu 14 mois plus tôt avec le M5S, qu’il a accusé de s’opposer systématiquement à ses projets économiques, et en réclamant des élections immédiates.

Le président Mattarella dispose d’une série d’options, y compris en dernier ressort, si aucune majorité n’émerge, celle d’un scrutin anticipé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. parlement (3)

    Les ex-députés fédéraux se ruent vers les indemnités de sortie

  2. NETHYS

    Nethys: après le grand déballage, des questions en suspens

  3. pluie_0

    Woody Allen au «Soir»: «Tant que je pourrai tourner, je le ferai partout où je peux»

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Nethys: le départ de Stéphane Moreau ne règle pas tout, loin de là

    Et voilà, c’est fait ! La Wallonie a la réponse à la question la plus souvent posée depuis trois ans : « Quand Stéphane Moreau va-t-il quitter la direction de la société liégeoise Nethys ? » Lundi, le président du conseil d’administration Pierre Meyers n’a pas tourné autour du pot : « Vous voulez savoir ? Eh bien on va vous le dire ! En termes crus, quand les opérations de privatisation seront accomplies, il ne sera plus là. On met fin à son contrat sans indemnité, sans parachute et sans...

    Lire la suite