Crise en Italie: les consultations démarrent pour former une nouvelle coalition gouvernementale

Le président italien rencontre Giuseppe Conte le 20 août, jour de la démission du Premier ministre.
Le président italien rencontre Giuseppe Conte le 20 août, jour de la démission du Premier ministre. - EPA

La classe politique italienne défilera à compter de mercredi au palais du Quirinal, résidence officielle du président Sergio Mattarella, où diverses formations proposeront la constitution d’un nouveau gouvernement après la fin de la coalition Ligue-Mouvement 5 Etoiles.

Rendez-vous est pris pour 16h (14hGMT), quand le président, qui dans le système parlementaire italien détient les clefs pour le dénouement de la crise, initiera ses traditionnelles «consultations» par un appel téléphonique à son prédécesseur Giorgio Napolitano, 94 ans (mai 2006 à janvier 2015).

Ensuite, il recevra, sur deux jours, les présidents du Sénat et de la Chambre des députés puis tous les groupes parlementaires, en terminant jeudi par le plus important numériquement, celui du M5S, fort de sa victoire aux législatives de 2018 avec plus de 32% des voix.

Car, peu importe si aujourd’hui le chef de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini, représente théoriquement dans les sondages 36 à 38% des voix et le M5S seulement 15 ou 16%. Au Parlement, ses sièges ne valent que pour les 17% recueillis à l’époque.

« Irresponsable »

Qualifié d’«irresponsable» et d’«opportuniste» mardi au Sénat par le Premier ministre sortant Giuseppe Conte, M. Salvini a maintenu sa ligne: il réclamera au président «la voie royale» du retour aux urnes car «en démocratie la chose la plus belle, c’est voter».

M. Salvini a plongé l’Italie dans la crise le 8 août en rompant, sans crier gare, un mariage mal assorti conclu 14 mois plus tôt avec le M5S, qu’il a accusé de s’opposer systématiquement à ses projets économiques, et en réclamant des élections immédiates.

Le président Mattarella dispose d’une série d’options, y compris en dernier ressort, si aucune majorité n’émerge, celle d’un scrutin anticipé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous