Un garage coûte en moyenne près de 30.000 euros en Belgique: le top 10 des communes les plus chères (infographies)

Un garage coûte en moyenne près de 30.000 euros en Belgique: le top 10 des communes les plus chères (infographies)

Les garages deviennent un enjeu immobilier. La Fédération du notariat (Fednot) a sorti les chiffres sur les prix des garages en Belgique. Depuis le début de l’année 2019, sur les six premiers mois, le prix moyen s’élevait à 29.242 euros. C’est donc une augmentation de 0.6 % par rapport à toute l’année 2018. Ce prix moyen comprend les box de garages et les places de stationnement. Un box coûte en moyenne 3.300 euros de plus qu’une place.

Comme pour l’immobilier standard, les maisons et les appartements, le prix diffère en fonction des communes où se trouve le bien. En Belgique, la commune où les garages sont les plus chers, c’est Knokke-Heist. Le prix moyen est de 57.700 euros. Sur les dix communes belges les plus chères, huit se situent à la Côte.

Les deux dernières de ce top 10 se trouvent à Bruxelles. Ixelles et Bruxelles-Ville se situent respectivement à la 4e et à la 7e place.

L’ensemble de la région bruxelloise

A Bruxelles, le prix moyen d’un garage est de 28.681 euros. Ce qui représente une augmentation de 3 % par rapport à 2018. Mais d’une commune à l’autre, les prix varient du tout au tout. Prenez Anderlecht, le prix du garage y est deux fois moins élevé qu’à Ixelles. A Bruxelles-Ville, comptez en moyenne 37.325 euros pour acheter un garage.

En Wallonie

Au sud du pays, ce sont les communes d’Arlon et de Namur qui occupent le top des communes les plus chères, avec respectivement des prix moyens de 29.800 et 29.418 euros. Le prix moyen en Wallonie est de 21.864 euros par garage.

Dans les autres grandes villes de Wallonie, Charleroi et Mouscron affichent le prix médian le plus bas : 11.500 euros par garage. A La Louvière, comptez 12.000 euros. A Liège, 12.500 euros et à Mons, 13.250 euros.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite