Un garage coûte en moyenne près de 30.000 euros en Belgique: le top 10 des communes les plus chères (infographies)

Un garage coûte en moyenne près de 30.000 euros en Belgique: le top 10 des communes les plus chères (infographies)

Les garages deviennent un enjeu immobilier. La Fédération du notariat (Fednot) a sorti les chiffres sur les prix des garages en Belgique. Depuis le début de l’année 2019, sur les six premiers mois, le prix moyen s’élevait à 29.242 euros. C’est donc une augmentation de 0.6 % par rapport à toute l’année 2018. Ce prix moyen comprend les box de garages et les places de stationnement. Un box coûte en moyenne 3.300 euros de plus qu’une place.

Comme pour l’immobilier standard, les maisons et les appartements, le prix diffère en fonction des communes où se trouve le bien. En Belgique, la commune où les garages sont les plus chers, c’est Knokke-Heist. Le prix moyen est de 57.700 euros. Sur les dix communes belges les plus chères, huit se situent à la Côte.

Les deux dernières de ce top 10 se trouvent à Bruxelles. Ixelles et Bruxelles-Ville se situent respectivement à la 4e et à la 7e place.

L’ensemble de la région bruxelloise

A Bruxelles, le prix moyen d’un garage est de 28.681 euros. Ce qui représente une augmentation de 3 % par rapport à 2018. Mais d’une commune à l’autre, les prix varient du tout au tout. Prenez Anderlecht, le prix du garage y est deux fois moins élevé qu’à Ixelles. A Bruxelles-Ville, comptez en moyenne 37.325 euros pour acheter un garage.

En Wallonie

Au sud du pays, ce sont les communes d’Arlon et de Namur qui occupent le top des communes les plus chères, avec respectivement des prix moyens de 29.800 et 29.418 euros. Le prix moyen en Wallonie est de 21.864 euros par garage.

Dans les autres grandes villes de Wallonie, Charleroi et Mouscron affichent le prix médian le plus bas : 11.500 euros par garage. A La Louvière, comptez 12.000 euros. A Liège, 12.500 euros et à Mons, 13.250 euros.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite