Accueil Monde France

France: les carnets pervers du chirurgien pédophile

Le médecin poursuivi en Charente-Maritime pourrait avoir fait jusqu’à 250 victimes, violées en salle de réveil. Ce serait le plus grand scandale pédophile révélé en France.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Le scandale pédophile révélé par le journal La Charente Libre pourrait être le plus important qu’ait jamais connu la France. Joël Le Scouarnec, un chirurgien digestif, en poste à l’hôpital de Jonzac (Charente-Maritime) de 2008-2017 après avoir exercé dans d’autres institutions, notamment en Bretagne et dans le sud-ouest, est soupçonné d’avoir commis de 200 à 250 viols d’enfants qu’il soignait.

Depuis plusieurs mois, les gendarmes de Saintes interrogent un à un ces enfants, dont les noms ont été retrouvés dans les carnets pervers du médecin. Sur des milliers de pages, il a patiemment recensé le nom de ses victimes, la nature des actes dont il s’est commis sur eux, les impressions que ces faits lui ont réservés. Les viols présumés se déroulaient pour la plupart alors que les jeunes enfants (certains sont aujourd’hui âgés de plus de 30 ans) se trouvaient en salle de réveil après avoir subi une opération chirurgicale.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Spilman Marie-Anne , mercredi 21 août 2019, 20:47

    Sans verser dans une nième théorie du complot, il est difficile de croire qu'il n'y ait aucune forme de complicité de la part du personnel médical ou infirmier ... Constant Depièreux

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mercredi 21 août 2019, 15:08

    N'y a-t-il pas quelque chose de pervers, ou de dangereux, d'aller ainsi interroger des victimes qui soit ont été inconscientes des faits éventuellement commis sur elles, soit n'en ont pas gardé la mémoire pour se protéger ? Est-il souhaitable de réveiller des souvenirs qui ne sont pas remontés spontanément à la conscience ?

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mercredi 21 août 2019, 20:29

    Il serait intéressant de connaître l'avis des professionnels à la question de savoir s'il est souhaitable de contraindre des personnes à se retourner ainsi vers des traumatismes subis quand elles n'en ont pas formulé elles-mêmes le besoin ? Est-ce à la police de prendre cette responsabilité? Qu'en pensent les professionnels psy ?

  • Posté par Einsweiller Françoise, mercredi 21 août 2019, 20:13

    Le corps garde toujours les traumatismes subis. C'est donc important pour les victimes de comprendre ce qui a pu se passer et dont leur corps garde des traces indélébiles.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mercredi 21 août 2019, 18:03

    Il serait intéressant de connaître l'avis des professionnels.

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs