Bruxelles: moment de recueillement en hommage à toutes les victimes du terrorisme (photos et vidéos)

En cette journée de commémoration des victimes des attentats terroristes, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées mercredi de 11h00 à 12h00, devant le monument implanté dans la petite rue de la Loi à Bruxelles, pour exprimer leur solidarité avec les familles touchées par ces drames à travers le monde.

C’est la deuxième année consécutive que ce jour, décrété en 2018 par les Nations unies le 21 août, est dédié à la commémoration des victimes du terrorisme. Didier Reynders, vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du gouvernement en affaires courantes, a présidé la cérémonie à Bruxelles. «Ce terrorisme s’attaque à ce qui nous rassemble, à la liberté, la tolérance et la solidarité qui sont à la base de nos sociétés et de la communauté internationale», a-t-il déclaré. «Les actes de terrorisme sont des attaques contre notre humanité partagée. C’est pourquoi nous sommes réunis en cette journée internationale du souvenir en hommage aux victimes du terrorisme, pour leur rendre hommage quel que soit le lieu ou l’époque où l’attentat s’est produit».

Djihad de l’amour

Le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw a cité la phrase «Amour pour tous y compris pour ceux qui ne savent pas ce qu’ils font», qui a été inscrite sur les murs du métro Maelbeek en mémoire de l’attentat: «Ce djihad de l’amour est une réponse magnifique. Il fait écho à tant de réactions qui nous ont touchés, comme celle du papa de Lauriane prononcée avec un courage infini: «Dans le futur - je le cite - si on veut un monde différent, il faut le respect et la tolérance».

Georges Dallemagne, vice-président de la commission parlementaire sur les attentats terroristes et membre de la commission de suivi des attentats terroristes, était également présent, de même qu’Aleksandra Ivankovic, représentante de l’association Victim Support Europe, et Philippe Vansteenkiste, président de l’association V-Europe. «Cette solidarité entre victimes est très importante et quelque part c’est la preuve qu’on continue toujours à travailler pour garantir notre démocratie et nos valeurs, mais aussi à construire cette humanité dont on a tous besoin», a souligné ce dernier.

Deux gerbes de fleurs ont été déposées au pied du monument. Des proches des victimes des attentats de Bruxelles ont également laissé des roses blanches sur la stèle en souvenir des êtres chers qu’ils ont perdus. Une minute de silence a été respectée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite