Audiences radio: Nostalgie garde la tête du classement, suivie de Vivacité et de Radio Contact

Nostalgie
Nostalgie - Sylvain Piraux

Nostalgie garde la tête des radios francophones en termes de parts de marché, avec 16,42%, selon les chiffres d’audience du Centre d’information sur les médias (CIM) pour la période mars-juin publiés mercredi. Suivent Vivacité (14,09%) et Radio Contact (13,89%), comme lors de la précédente vague. Bel RTL (11,76%) est 4e et repasse devant Classic 21 (11,29%).

Le classement se poursuit dans un ordre inchangé avec, à la 6e place, NRJ (5,29%), puis La Première (4,6%), Pure (4,26%), Fun Radio (3%), Musiq’3 (1,88%) et DH Radio (0,57%).

Si l’on se focalise sur le nombre d’auditeurs quotidiens, Radio Contact est première avec 577.313 personnes, devant Nostalgie, Vivacité, Bel RTL et Classic 21.

7e fois consécutive

Nostalgie s’est bien sûr réjouie de rester «numéro 1 pour la 7e fois consécutive». La radio du NGroup «creuse l’écart avec 2,3% d’avance sur Vivacité (en parts de marché, NDLR). Une situation optimale qui nous permettra de célébrer dignement l’anniversaire des 30 ans de Nostalgie en Belgique en cette fin d’année», a-t-elle applaudi.

Du côté de RTL Belgium, on relève la performance de Radio Contact qui «s’impose comme la radio qui réunit chaque jour la plus grande communauté d’auditeurs du sud du pays». L’entreprise savoure également le retour de Bel RTL devant Classic 21. «La fin de saison a permis à Bel RTL de retrouver quelques couleurs. Grâce à une augmentation de 4% de sa durée d’écoute moyenne (129 minutes), la radio généraliste retrouve la 4ème place du classement, tant en termes de parts de marché que d’auditeurs quotidiens et hebdomadaires», a-t-elle commenté.

Du côté de la RTBF

La RTBF pointe quant à elle le record atteint par Classic 21 en nombre d’auditeurs: «La chaine pop rock signe sa meilleure performance en nombre d’auditeurs quotidiens (399.063) et hebdomadaires (731.182)».

Plus globalement, le média de service public souligne qu’il reste le «premier groupe radio en Fédération Wallonie-Bruxelles». Il admet toutefois «une légère baisse d’auditeurs pour Vivacité» et un niveau de parts de marché pour La Première «qui n’est pas en ligne avec nos attentes».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite