Audiences radio: Nostalgie garde la tête du classement, suivie de Vivacité et de Radio Contact

Nostalgie
Nostalgie - Sylvain Piraux

Nostalgie garde la tête des radios francophones en termes de parts de marché, avec 16,42%, selon les chiffres d’audience du Centre d’information sur les médias (CIM) pour la période mars-juin publiés mercredi. Suivent Vivacité (14,09%) et Radio Contact (13,89%), comme lors de la précédente vague. Bel RTL (11,76%) est 4e et repasse devant Classic 21 (11,29%).

Le classement se poursuit dans un ordre inchangé avec, à la 6e place, NRJ (5,29%), puis La Première (4,6%), Pure (4,26%), Fun Radio (3%), Musiq’3 (1,88%) et DH Radio (0,57%).

Si l’on se focalise sur le nombre d’auditeurs quotidiens, Radio Contact est première avec 577.313 personnes, devant Nostalgie, Vivacité, Bel RTL et Classic 21.

7e fois consécutive

Nostalgie s’est bien sûr réjouie de rester «numéro 1 pour la 7e fois consécutive». La radio du NGroup «creuse l’écart avec 2,3% d’avance sur Vivacité (en parts de marché, NDLR). Une situation optimale qui nous permettra de célébrer dignement l’anniversaire des 30 ans de Nostalgie en Belgique en cette fin d’année», a-t-elle applaudi.

Du côté de RTL Belgium, on relève la performance de Radio Contact qui «s’impose comme la radio qui réunit chaque jour la plus grande communauté d’auditeurs du sud du pays». L’entreprise savoure également le retour de Bel RTL devant Classic 21. «La fin de saison a permis à Bel RTL de retrouver quelques couleurs. Grâce à une augmentation de 4% de sa durée d’écoute moyenne (129 minutes), la radio généraliste retrouve la 4ème place du classement, tant en termes de parts de marché que d’auditeurs quotidiens et hebdomadaires», a-t-elle commenté.

Du côté de la RTBF

La RTBF pointe quant à elle le record atteint par Classic 21 en nombre d’auditeurs: «La chaine pop rock signe sa meilleure performance en nombre d’auditeurs quotidiens (399.063) et hebdomadaires (731.182)».

Plus globalement, le média de service public souligne qu’il reste le «premier groupe radio en Fédération Wallonie-Bruxelles». Il admet toutefois «une légère baisse d’auditeurs pour Vivacité» et un niveau de parts de marché pour La Première «qui n’est pas en ligne avec nos attentes».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite