Un ancien coéquipier de Samir Nasri tacle le joueur d’Anderlecht: «C’était un vrai tyran»

Photo News
Photo News

Si le football est avant tout un vecteur de rencontres et d’émotions, il peut aussi créer des relations plus tendues entre certains acteurs. C’est le cas notamment d’Emmanuel Frimpong et de Samir Nasri, qui se sont connus en 2011 sous la vareuse d’Arsenal.

À l’époque, le Ghanéen n’avait que 19 ans et venait d’être intégré au noyau A des Gunners. Il a donc rencontré Samir Nasri, son coéquipier, avec qui il n’a pas passé que des bons moments. Le principal intéressé explique tout sur le site The Athletic.

« J’ai toujours montré du respect pour les joueurs plus âgés », a-t-il indiqué, avant de parler de sa relation avec le Français. « Demandez à Aaron Ramsey ou à Jack Wilshere. Je n’ai jamais traité quelqu’un sans respect. Mais je n’aime vraiment pas Nasri. C’était un vrai tyran. Il n’a pas pris ses responsabilités pour aider les jeunes joueurs. Je viens de découvrir qu’il joue encore. À Anderlecht. J’espère vraiment qu’il a changé en tant que personne et qu’il traite les gens différemment là-bas. Parce que ce dont je me souviens du passé… »

Attaqué devant tout le monde

L’un de ses mauvais souvenirs est celui qu’il a vécu lors d’une défaite contre Liverpool. Après la partie, Nasri n’a pas hésité à dire sa façon de penser dans le vestiaire. « Après le match, tout le monde était silencieux dans le vestiaire. Arsène Wenger aussi. Il fut déçu mais ne dit rien. Puis Nasri se leva soudainement et dit devant tout le monde que c’était de ma faute si nous avions perdu. Il avait peut-être raison, mais pourquoi un joueur professionnel m’attaquerait-il ? C’était seulement mon deuxième match de championnat… », a révélé Frimpong à The Athletic.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

  3. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite