Trump annule sa visite au Danemark: la Première ministre «contrariée» mais «pas de crise» entre les deux pays

Donald Trump
Donald Trump - Reuters

La Première ministre du Danemark s’est dite mercredi « contrariée » par l’annulation d’une visite de Donald Trump après le rejet de son offre d’achat du Groenland, territoire autonome danois, assurant toutefois qu’il n’y avait « pas de crise » entre Copenhague et Washington.

« Je suis évidemment contrariée et surprise par l’annulation de la visite d’Etat du président américain », a déclaré Mette Fredriksen lors d’une conférence de presse.

Mais « le Danemark et les Etats-Unis ne sont pas en crise », a-t-elle ajouté, soulignant que l’invitation du royaume scandinave « restait valable ».

Visite annulée

La Maison Blanche a annoncé mardi soir que la visite de Donald Trump au Danemark prévue les 2 et 3 septembre avait été annulée.

► Trump annule sa visite au Danemark : « Cet homme est imprévisible », réagissent des politiciens

En fin de semaine dernière, la presse américaine avait révélé que Donald Trump s’était renseigné sur la possibilité pour les Etats-Unis d’acheter le Groenland, immense territoire autonome de quelque 56.000 habitants, rattaché au Danemark.

M. Trump avait ensuite publié une série de tweets confirmant son intérêt pour l’île glacée de l’Arctique, déclenchant une salve de réactions mi-indignées, mi-amusées au Groenland et au Danemark.

En déplacement sur le territoire, Mme Frederiksen avait qualifié d’« absurde » la proposition d’achat du président américain.

La maison royale danoise, à l’origine de l’invitation de M. Trump, a exprimé sa « surprise » à l’annonce de l’annulation de son voyage, dans un commentaire écrit transmis à la chaîne de télévision publique DR.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Une fiscalité automobile intelligente: il est grand temps

    C’est peu risqué, mais prenons le pari : l’idée du gouvernement bruxellois d’imposer une taxe de congestion à l’entrée de la ville va faire hurler. Listons les arguments : option antisociale qui nuira aux plus pauvres, nouvelle manifestation de rage taxatoire visant les automobilistes « vaches à lait », mesure discriminatoire, non concertée avec les autres Régions, instrument inefficace puisqu’il n’y a pas d’alternatives et que les automobilistes « n’ont d’autre choix que de prendre leur voiture », décision...

    Lire la suite