Trump annule sa visite au Danemark: la Première ministre «contrariée» mais «pas de crise» entre les deux pays

Donald Trump
Donald Trump - Reuters

La Première ministre du Danemark s’est dite mercredi « contrariée » par l’annulation d’une visite de Donald Trump après le rejet de son offre d’achat du Groenland, territoire autonome danois, assurant toutefois qu’il n’y avait « pas de crise » entre Copenhague et Washington.

« Je suis évidemment contrariée et surprise par l’annulation de la visite d’Etat du président américain », a déclaré Mette Fredriksen lors d’une conférence de presse.

Mais « le Danemark et les Etats-Unis ne sont pas en crise », a-t-elle ajouté, soulignant que l’invitation du royaume scandinave « restait valable ».

Visite annulée

La Maison Blanche a annoncé mardi soir que la visite de Donald Trump au Danemark prévue les 2 et 3 septembre avait été annulée.

► Trump annule sa visite au Danemark : « Cet homme est imprévisible », réagissent des politiciens

En fin de semaine dernière, la presse américaine avait révélé que Donald Trump s’était renseigné sur la possibilité pour les Etats-Unis d’acheter le Groenland, immense territoire autonome de quelque 56.000 habitants, rattaché au Danemark.

M. Trump avait ensuite publié une série de tweets confirmant son intérêt pour l’île glacée de l’Arctique, déclenchant une salve de réactions mi-indignées, mi-amusées au Groenland et au Danemark.

En déplacement sur le territoire, Mme Frederiksen avait qualifié d’« absurde » la proposition d’achat du président américain.

La maison royale danoise, à l’origine de l’invitation de M. Trump, a exprimé sa « surprise » à l’annonce de l’annulation de son voyage, dans un commentaire écrit transmis à la chaîne de télévision publique DR.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. parlement (3)

    Les ex-députés fédéraux se ruent vers les indemnités de sortie

  2. NETHYS

    Nethys: après le grand déballage, des questions en suspens

  3. Les jeunes acteurs « maintenant, savent déjà plus de la vie,  du sexe, des drogues, de la politique que moi à leur âge. »

    Woody Allen au «Soir»: «Tant que je pourrai tourner, je le ferai partout où je peux»

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Nethys: le départ de Stéphane Moreau ne règle pas tout, loin de là

    Et voilà, c’est fait ! La Wallonie a la réponse à la question la plus souvent posée depuis trois ans : « Quand Stéphane Moreau va-t-il quitter la direction de la société liégeoise Nethys ? » Lundi, le président du conseil d’administration Pierre Meyers n’a pas tourné autour du pot : « Vous voulez savoir ? Eh bien on va vous le dire ! En termes crus, quand les opérations de privatisation seront accomplies, il ne sera plus là. On met fin à son contrat sans indemnité, sans parachute et sans...

    Lire la suite