A défaut du Groenland, les jeunes N-VA proposent à Trump de racheter la Wallonie «pour un euro»

A défaut du Groenland, les jeunes N-VA proposent à Trump de racheter la Wallonie «pour un euro»

Donald Trump va devoir s’y faire, pour le Groenland, c’est non. En revanche pour la Wallonie, il y a moyen de s’arranger selon les jeunes de la N-VA. Dans un tweet adressé au Président américain, Jong N-VA lui propose de racheter le sud du pays pour un euro. « Appelez-nous ».

La Première ministre du Danemark s’est dite mercredi « contrariée » par l’annulation d’une visite de Donald Trump après le rejet de son offre d’achat du Groenland, territoire autonome danois, assurant toutefois qu’il n’y avait « pas de crise » entre Copenhague et Washington.

« Je suis évidemment contrariée et surprise par l’annulation de la visite d’Etat du président américain », a déclaré Mette Frederiksen lors d’une conférence de presse.

Mais « le Danemark et les Etats-Unis ne sont pas en crise », a-t-elle ajouté, soulignant que l’invitation du royaume scandinave « restait valable ».

La Maison Blanche a annoncé mardi soir que la visite de Donald Trump au Danemark prévue les 2 et 3 septembre avait été annulée.

>Groenland : Trump repousse sa rencontre avec la Première ministre danoise « à cause de son manque d’intérêt »

Des réactions mi-indignées, mi-amusées

En fin de semaine dernière, la presse américaine avait révélé que Donald Trump s’était renseigné sur la possibilité pour les Etats-Unis d’acheter le Groenland, immense territoire autonome de quelque 56.000 habitants, rattaché au Danemark.

>Donald Trump : « Je promets de ne pas construire de gratte-ciel au Groenland »

M. Trump avait ensuite publié une série de tweets confirmant son intérêt pour l’île glacée de l’Arctique, déclenchant une salve de réactions mi-indignées, mi-amusées au Groenland et au Danemark.

En déplacement sur le territoire, Mme Frederiksen avait qualifié d’« absurde » la proposition d’achat du président américain.

La maison royale danoise, à l’origine de l’invitation de M. Trump, a exprimé sa « surprise » à l’annonce de l’annulation de son voyage, dans un commentaire écrit transmis à la chaîne de télévision publique DR.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise un gouvernement bruxellois en pré-campagne électorale

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite